Archives de catégorie : #Conseils

Communiquer sans réseaux sociaux : le témoignage de Morgane Sifantus

Communiquer sans réseaux sociaux : le témoignage de Morgane Sifantus

Se faire connaître sans communiquer sur les réseaux sociaux, quel défi ! Pour la deuxième édition de la Pause visio entrepreneuses, je recevais Morgane Sifantus. L’entrepreneuse lyonnaise nous a expliqué comment elle met en œuvre une communication alignée avec sa personnalité, sensible et originale.

Le 20 mai dernier, pour la deuxième édition de la Pause visio entrepreneuses, nous étions une bonne vingtaine d’entrepreneuses réunies pour écouter le témoignage de Morgane Sifantus (alias Canard à l’orange, écriture et identité de marque). Au programme, communiquer sans les réseaux sociaux et opter pour une communication alignée avec sa personnalité.

Morgane est une entrepreneuse lyonnaise qui exerce (et que je connais) depuis 10 ans. Elle m’a toujours fascinée par sa manière personnelle et originale d’entreprendre et de communiquer. En particulier, elle a décidé voici quelques années de quitter quasi complètement les réseaux sociaux. Ce qui ne l’empêche pas, bien sûr, d’avoir des clients !

J’ai eu envie qu’elle vienne partager son expérience. Et nous montrer qu’on peut communiquer efficacement sans faire “comme tout le monde”, et en alignant sa communication sur sa personnalité.

Communiquer sans réseaux sociaux : le témoignage de Morgane Sifantus, entrepreneuse lyonnaise

Une entrepreneuse… aussi un peu sorcière !

“J’ai changé de vie professionnelle en 2011. Je suis devenue entrepreneuse sans rien connaître de l’entrepreneuriat”. Ingénieure en horticulture avec une double formation en journalisme de presse écrite, Morgane a d’abord exercé comme écrivaine publique puis comme rédactrice web. Aujourd’hui elle travaille toujours autour de l’écriture : elle accompagne des personnes qui veulent écrire mais aussi des personnes qui veulent travailler sur leur identité au sens large, dans le domaine professionnel ou la vie personnelle.

“Mon offre est très variable, explique-t-elle : elle change au gré de mes envies !” Actuellement, elle anime un atelier d’écriture (Manuscrit), ciblé sur l’écriture d’un livre. Elle propose aussi du coaching individuel pour les personnes qui souhaitent écrire un livre. Morgane intervient aussi sur la recherche de nom de marque ou la définition d’un univers identitaire.

“J’ai également des offres plus en lien avec la “sorcellerie” : en ce moment, par exemple, j’ai créé la Bulle. Une session d’1h ensemble au Parc de la tête d’or à Lyon, ou en visio pour celles qui sont loin. Pendant cette heure, j’utilise les tirages de cartes ou d’autres outils intuitifs pour répondre aux questionnements de ma cliente. J’ai également une offre intitulée L’Antre de la Sorcière, dont je ne peux pas parler parce qu’elle est secrète !”

Depuis qu’elle est petite, Morgane est intriguée par son nom, qui l’amène à s’intéresser à la magie. C’est après quelques années d’entrepreneuriat, lorsqu’elle n’a plus eu de doutes sur le fait qu’elle était bien “une entrepreneuse”, qu’elle a commencer à explorer les cartes. Son nom, Canard à l’Orange, fait aussi référence à un symbole celtique : “C’est l’animal qui relie le monde physique aux forces spirituelles. J’ai adopté ce nom au moment où j’ai décidé d’assumer mon côté sorcière. Je voulais un nom un peu mystérieux, qui pose question…”

Communiquer sans réseaux sociaux : le choix de la newsletter.

Des choix de communication instinctifs

Lorsqu’elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat, sous le nom Mo’ pour Mots, Morgane a tout de suite ouvert un blog. De manière très spontanée, sans y connaître grand chose. Juste après, elle s’inscrit sur Facebook. Cela lui permet de développer ses premiers contacts. Elle utilise également, de manière sporadique, une newsletter.

Puis, voici environ 4 ans, Morgane fait volte-face. “J’ai brusquement été saoulée : j’ai tout fermé ! J’ai alors eu envie de développer ma newsletter et un peu Instagram”. Avec le recul, je m’aperçois que mes choix en matière de communication sont assez instinctifs. Un autre jour, j’en ai eu marre de ne pas pouvoir faire de distinction, dans ma communication, entre les personnes qui étaient déjà mes clientes et celles qui ne l’étaient pas encore”. C’est comme cela qu’elle lance une deuxième newsletter : Clandestine. Puis elle finit par arrêter sa newsletter “publique” pour se concentrer sur Clandestine.

“J’ai proposé des “marathons d’écriture”, pendant lesquels j’écrivais chaque jour ! Cela a eu beaucoup d’impact sur mes clientes, même si bien sûr certaines se sont désabonnées, et c’était très créatif.” Quant à Instagram, c’est un peu “je t’aime moi non plus”. Régulièrement, Morgane s’en éloigne quand elle voit qu’elle passe trop de temps à regarder ce que font les autres. Sa newsletter, c’est son vrai espace de liberté. D’ailleurs, elle a fini par réouvrir Clandestine à une communauté plus large.

Communiquer sans réseaux sociaux : c’est possible !

“Si je suis encore là, après 10 ans d’entrepreneuriat, affirme Morgane, c’est que ma manière de faire fonctionne ! Mais au départ, je ne me suis pas dit “je vais mettre en place une communication différente”. C’est surtout que je ne peux pas faire quelque chose qui ne me convient pas.”

Bien sûr, explique-t-elle, elle a parfois des peurs liées au fait qu’elle se coupe de certains outils de communication. Mais ces peurs sont largement compensées par la satisfactions de faire différemment, en étant elle-même. “Je vois tellement de personnes qui s’empêchent d’afficher leurs particularités. Alors que la plupart d’entre nous n’a pas grand chose à perdre, surtout lorsque que l’on lance son activité !”. Pour Morgane, qui vient de l’agriculture, la communication est comme un potager : on fait des tests, on plante et on voit ce qui “donne”.

Aujourd’hui, la plupart des personnes avec lesquelles Morgane travaille viennent à elle précisément pour ce qu’elle est. Et celles qui ne sont pas dans ce cas ne restent pas très longtemps… “Je suis paresseuse, nous dit-elle : je n’ai pas de temps et d’énergie à perdre pour être une autre que moi. Les personnes qui viennent à moi sont dans la même énergie.”

Echanges d’expériences d’entrepreneuses

L’intervention de Morgane lors de cette Pause visio entrepreneuses a bien évidemment inspiré de nombreuses questions et partages d’expériences.

Par exemple, Emilie s’interroge : “Peut-on créer une identité de marque qui soit différente de l’identité de la personne qui crée la marque ?”. Pour Morgane, bien sûr c’est possible. Mais il est important d’avoir un socle de valeurs communes. La personne qui crée la marque met forcément une partie de son ADN dans sa marque. “Une marque, c’est comme comme un enfant : il existe un lien génétique et émotionnel fort, mais ce sont deux personnes différentes. L’essentiel est d’assumer les deux”. La marque, complète-t-elle, est aussi comme un livre. Il nous échappe une fois écrit. Il n’appartient plus seulement à son auteur, mais à chaque personne qui se l’approprie.

Soizic, quant à elle, témoigne. Elle travaille comme consultante indépendante, jusqu’à présent sous son propre nom. Sa marque s’est en grande partie construite sur ce qu’elle est. “Aujourd’hui, je me développe, je ressens le besoin de créer mon nom commercial. Avoir un nom de marque va me permettre de créer une nouvelle entité, de laisser la porte ouverte pour d’autres personnes et d’autre idées…”

Marilyne, enfin, est sophrologue. “Pendant ma première année d’activité, j’ai été bonne élève sur les réseaux sociaux, même si cela allait à l’encontre de ce que j’aimais. Aujourd’hui je me sens prisonnière des algorithmes. J’ai envie de créer une newsletter mais comment va-t-on me trouver ?”

Réponse de Morgane : “Même en dehors des réseaux sociaux, tu existes quand même !”. Il n’y a en effet rien de pire que de se forcer à être présent sur les réseaux sociaux quand on n’aime pas ça. On s’y ennuie et on dégage une mauvaise énergie.

Morgane propose de raisonner, pour sa communication, en termes de cercles. Notre premier cercle est formé par les proches. Les pairs et partenaires constituent notre deuxième cercle. Enfin, les clients et la communauté appartiennent à notre troisième cercle. Et au sein de ces cercles, chaque personne a elle-même ses propres cercles.

Comment encourager toutes les personnes qui se trouvent dans nos différents cercles à parler de notre activité auprès de leurs contacts ? Morgane prend l’exemple d’un client, venu la voir pour être aidé à créer un blog. En réalité, ce qu’il aimait vraiment faire, c’était partager une bière avec ses clients. Morgane l’a alors encouragé à aller chaque semaine boire une bière avec un client ou prospect !

“La principale question à se poser est : si je n’avais pas de problématique d’argent, qu’est-ce que j’aurais envie de faire ? Il existe d’innombrables manières de parler de son activité et de se faire connaître. Les réseaux sociaux n’en sont qu’une, et ils sont très tournés vers le quantitatif plutôt que le qualitatif. Pourquoi dépenser de l’énergie pour un algorithme qui n’en a rien à faire de nous ?”

Envie d’assister à la prochaine Pause visio entrepreneuses ? Il te suffit de remplir ce questionnaire.


Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Histoire de marque, épisode 2

HISTOIRE DE MARQUE #2 : JUSTINE, ARTISANE-COIFFEUSE EN AUVERGNE

Bienvenue dans ce deuxième épisode de la série Histoire de marque (relire l’épisode 1). Aujourd’hui, je te raconte comment j’ai accompagné Justine. Elle dirige un salon de coiffure végétal en Auvergne et souhaitait revoir complètement son identité de marque.

L’objectif de cette série : te faire rentrer dans les coulisses de l’accompagnement d’une marque…

C’est grâce à ma partenaire, la directrice artistique Laura Peterman, que j’entre en contact avec Justine. Celle-ci est indépendante depuis 17 ans et possède un salon de coiffure spécialisé dans les colorations végétales. Elle a aussi une boutique en ligne de produits capillaires.

Justine souhaite revoir son identité visuelle et son site web, pour améliorer son image de marque. Elle veut également arrêter la vente en ligne, trop chronophage. Et, en contrepartie, développer la vente physique dans son salon.

Parallèlement, elle a besoin de redéfinir son discours de marque, sur le site et les réseaux sociaux. Son objectif est d’attirer des clientes mais aussi des futures salariées, alignées avec ses valeurs.

Enfin, Justine souhaite structurer et simplifier sa communication, pour pouvoir la reprendre en main.

Le diagnostic de la marque

La priorité de Justine, c’est la qualité. Or son site actuel ne dégage pas suffisamment cette image. C’est donc une très bonne initiative de travailler avec Laura Peterman sur un nouveau site. Celle-ci lui créer également une nouvelle identité visuelle, sobre et élégante.

Par ailleurs, Justine a eu tendance ces dernières années à s’éparpiller un peu dans ses choix stratégiques (boutique en ligne) et dans sa communication. Elle doit retrouver une ligne directrice plus ferme.

Son objectif : recruter les bonnes personnes et s’adresser à la bonne cible de clientèle. Elle doit donc mettre en avant de manière claire sa proposition de valeur unique. Je l’aide à la formuler de manière claire et concise. Justine a en effet deux points forts. D’abord une approche artisanale très qualitative, avec des produits végétaux respectueux de l’environnement et de la santé des personnes. Mais aussi une approche scientifique. Elle propose des technologies de diagnostic de la santé des cheveux pour apporter les meilleurs soins.

Côté communication, le salon est très bien référencé localement. Il bénéficie de nombreux avis positifs (et Justine répond systématiquement aux quelques avis moins élogieux). Elle est également bien présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Linkedin).

Cependant, Justine a tendance à considérer la communication comme une corvée. Elle la délègue souvent à ses salariées. Résultat : les contenus sont un peu “brouillons”. Ils ne correspondent pas à l’image qu’elle souhaite donner de sa marque. Justine a donc besoin d’un fil conducteur pour reprendre en main sa communication. Le tout, sans y passer trop de temps…

Le plan d’action défini ensemble

Le premier axe d’action que je suggère à Justine est de prendre le temps d’une réflexion approfondie sur les contenus et les fonctionnalités à intégrer au nouveau site. Cet outil peut permettre de développer la vente de produits (catalogue, formulaire de réservation pour le click & collect, etc.). Mais également comporter une page consacrée au recrutement, pour mettre en avant les spécificités du salon et les attentes.

Je propose ensuite à Justine des pistes pour optimiser sa communication sur les réseaux sociaux. Actuellement, elle publie des contenus via un compte et une page Facebook, un compte Instagram et un profil Linkedin. Je lui conseille, pour garder la motivation sur la durée, de se concentrer sur une plateforme. Plutôt Instagram, compte-tenu de son activité et de la clientèle qu’elle vise.

Le contenu Instagram pourra être relayé facilement sur la page. Parallèlement, elle doit prévoir de rediriger ses contacts, qui la suivent via son profil Facebook, vers sa page.

Enfin, pour permettre à Justine de rehausser la qualité de ses publications Instagram, un travail à quatre mains est réalisé avec Laura Peterman. Cette dernière lui concocte des templates de posts de type graphique, qu’elle pourra mixer avec des photos du salon et des “avant-après” des coupes et couleurs réalisées. Pour lui permettre d’avoir une base de photos de qualité, Laura organise un shooting sur place.

Pour ma part, je fournis à Justine une liste de thématiques et types de publications qu’elle peut poster. Enfin, je lui propose des exemples de feeds de qualité dans son domaine d’activité, afin qu’elles puissent les étudier et s’en inspirer.

Clarifie ton message de marque : découvre les formules d'accompagnement
Clarifie ton message de marque : découvre les formules d’accompagnement
S'inspirer des meilleures newsletters d'entrepreneuses

Newsletters : les entrepreneuses prennent la plume

Je partage avec toi ma meilleure sélection de newsletters écrite par des entrepreneuses. Une bonne dose d’inspiration pour nourrir ton projet et ta stratégie de communication !

Tu as envie de lancer ou améliorer ta newsletter mais tu ne sais pas trop par où commencer… Et si tu t”inspirais des meilleures newsletters d’entrepreneuses ?

Pour ma part, quand je commence un nouveau projet, je démarre toujours par cette phase d’inspiration. C’est à dire d’observation des pratiques, pour savoir ce qui existe et comprendre comment font les autres.

Attention, il ne s’agit pas de copier ! Mais plutôt de repérer les bonnes idées et les manières de faire, pour voir comment elles pourraient nourrir mon projet.

Es-tu familière avec le terme “design thinking” ? Cette méthode d’innovation et de résolution de problème est super tendance depuis la fin des années 2000. El elle repose justement sur 3 étapes : l’inspiration, l’idéation et enfin l’implémentation.

La phase d’inspiration a pour objectif de s’ouvrir vers l’extérieur, de prendre du recul, pour apporter de l’oxygène à ses réflexions. Et le meilleur moyen pour nourrir en permanence son inspiration, c’est de mettre en place une veille régulière.

En ce qui me concerne, cette veille passe notamment par des newsletters : je suis abonnée à des dizaines d’entre elles !

Elles me sont utiles de 2 manières :

  • via les informations qu’elles contiennent. Elle nourrissent ma compréhension des évolutions du monde, et me fournissent des chiffres, des idées ou des exemples… Une matière indispensable pour alimenter mes cours à destination des étudiants, mes formations, mes livres, mes projets en tant qu’élue…
  • mais aussi en tant qu’outils de communication. Cela me permet d’observer et analyser les choix faits par leurs expéditeurs. Qu’il s’agisse de choix éditoriaux, rédactionnels, techniques ou encore graphiques.

Bref, je me suis dit que cela pourrait être une bonne idée de partager avec toi mes newsletters favorites ! Comme elles sont nombreuses, j’ai décidé de les classer par thématique. Aujourd’hui, on commence avec les newsletters envoyées par des entrepreneuses.

Mes newsletters d'entrepreneuses favorites

Ma sélection de newsletters d’entrepreneuses

  • Morgane a une plume unique et acérée et une stratégie de communication tout aussi originale. D’ailleurs, elle est l’invitée, le 20 mai prochain, de la prochaine Pause visio entrepreneuses pour nous parler de sa démarche ! >> Découvre sa newsletter
  • Egalement dans la catégorie des entrepreneuses qui ont décidé de se passer des réseaux sociaux, Lyvia pose des mots souvent inspirants ! >> Découvre sa newsletter
  • Les mots, ce sont justement la matière première préférée de May, qui les mets même à l’affiche ^^. J’aime comme elle nous embarque dans son histoire, de manière délicate. >> Découvre sa newsletter
  • Géraldine est journaliste, écrivaine et propose depuis peu des accompagnements sur Instagram. Dans sa newsletter secrète, depuis plusieurs mois elle nous tient en haleine, épisode par épisode, sur sa décision de quitter Paris pour Montélimar. >> Découvre son instagram
  • J’ai le plaisir de suivre les écrits de Marion depuis plusieurs années : d’abord au travers de son blog Et si deux mains, dans lequel elle partageait des portraits d’artisanes, puis dans son nouveau projet, La Poudre et la Plume. Chacun de ses mails est une douceur de lecture. >> Découvre sa newsletter

Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
La newsletter selon Mathilde Pernot

Lancer une newsletter : le témoignage de Mathilde Pernot

Fondatrice du podcast Les Empreintes, et de Maïeut (fonction support pour entrepreneuses créatives), Mathilde était l’invitée de la toute première Pause visio entrepreneuses. Elle nous a expliqué pourquoi et comment elle a lancé sa newsletter, et ce que cela lui apporte.

Ce 22 avril 2021, nous étions une douzaine d’entrepreneuses réunies pour la première édition de la Pause visio entrepreneuses. Pour inaugurer ce nouveau format, j’avais invité Mathilde Pernot. Jeune podcasteuse et entrepreneuse lyonnaise, elle a partagé son expérience autour de sa newsletter mensuelle.

Mathilde est l’auteure du podcast Les Empreintes : depuis 2019, elle nous emmène chaque mois à la rencontre d’une femme artisane d’art. Sa voix douce nous guide dans leur univers et les coulisses de leurs créations.

Un an après le lancement de son podcast, Mathilde a décidé de lancer une newsletter. Celle-ci, comme le podcast, a un rythme mensuel. “J’ai pensé cette newsletter comme un prolongement du podcast, nous explique-t-elle. Elle permet d’approfondir l’univers de l’invité, et de partager des contenus intéressants en lien avec la création“.

Lancer une newsletter mensuelle pour communiquer sur son podcast

Cette newsletter est actuellement l’un des seuls outils de communication de Mathilde (avec sa plateforme de podcast et les réseaux sociaux).

Comme elle l’a précisé, en réponse à la question d’une participante, “il est tout à fait possible d’imaginer la newsletter comme un outil à part entière. Il n’est pas obligatoire qu’elle soit liée à un blog ou à un site. Cela peut d’ailleurs être un bon moyen de commencer à communiquer, de manière plus simple et plus rapide, en attendant d’avoir un site web“.

Mathilde travaille d’ailleurs à la création de son site. Elle prévoit d’y ajouter un blog, notamment pour accéder aux anciens numéros de la newsletter.

La newsletter : des contenus plus durables, un format plus intime

Si elle a fait le choix de ce média, “c’est par goût de l’écriture et du partage. Mais aussi parce que c’est un format qui demande un engagement de la part du destinataire. La newsletter permet également de créer des contenus moins éphémères que ceux qu’on publie sur les réseaux sociaux. Ce format est à la fois plus riche, avec la possibilité d’insérer des liens, des vidéos, etc., et plus intime. J’aime que les lecteurs puissent me répondre, puisqu’il s’agit finalement d’un mail“.

Chaque premier lundi du mois, Mathilde publie le nouvel épisode de son podcast. Et envoie sa newsletter dans les jours qui suivent. “Au départ, je m’étais fixée un envoi le mercredi, mais c’était très difficile à tenir. Ensuite, j’ai décidé de la poster avant le vendredi… la dernière est parue le dimanche. Finalement, j’ai choisi de ne pas me mettre trop de pression“, explique Mathilde.

Chaque mois, sa newsletter comporte une introduction, puis la présentation de l’épisode du mois. La rubrique “Pour aller plus loin…” est une présentation sous forme de moodboard des inspirations de la créatrice interviewée. Vient ensuite la rubrique “Et encore plus loin…“, qui apporte des informations complémentaires sur des thématiques abordées dans l’épisode.

Le mail se termine par la rubrique “Coup de <3” (focus sur une créatrice, un lieu, un événement…), puis la rubrique “News et agenda” et enfin un encart pour présenter son activité d’accompagnement Maïeut.

Suivre ses statistiques… sans se laisser influencer

Chaque mois, Mathilde met 5 à 6h pour finaliser sa newsletter : “il faut chercher les informations, rédiger les contenus, créer les visuels, apporter les corrections après s’être envoyé des mails tests…“.

Elle s’appuie sur l’outil français Sendinblue pour envoyer sa newsletter, ce qui lui permet de suivre ses statistiques d’ouverture et de clic. Mathilde essaie toutefois de ne pas trop s’attarder sur ces chiffres pour ne pas se laisser influencer. Son audience est encore petite mais très ciblée, ce qui lui permet de bons résultats. Elle a aussi pour objectif de communiquer en douceur sur son activité entrepreneuriale.

Après cette présentation, les échanges ont été fournis : le format newsletter intéresse et interroge. Nous avons ainsi parlé technique (choix de la plateforme, emplacement des formulaires d’inscription…), rédaction (correcteur d’orthographe, angoisse de la page blanche…), ou encore choix éditoriaux (contenus informatifs versus commerciaux, rythme de publication, ton…).

Envie de lancer ou développer ta newsletter ? Tu es au bon endroit car c’est un sujet que j’aborde régulièrement. N’hésite pas à me contacter pour en discuter !

Liens utiles


Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Choisir le bon mix de communication pour sa marque

Mix de communication : choisis les bons canaux pour faire passer ton message !

Le mix de communication, c’est tout simplement l’association d’outils et canaux que tu utilises pour communiquer. L’enjeu est de choisir un assortiment parfaitement aligné avec ta personnalité, ton offre et les attentes de tes clients !

Ce mercredi 28 avril, j’anime de nouveau l’atelier Dessine ton plan de com’ (en partenariat avec Dessine ta boîte). J’apprécie tout particulièrement cet atelier car il permet d’aborder de manière globale, et surtout très pragmatique, la stratégie de communication des participantes.

Lors de cet atelier, nous commençons par faire un bilan des actions de communication déjà mises en œuvre. Puis, un point sur tes objectifs stratégiques. Objectif final : élaborer un plan de communication réaliste et facile à concrétiser.

Une partie de la séance est consacrée à la (re)découverte de tous les leviers de com’ qu’il est possible de mobiliser pour faire passer son message. Et ils sont nombreux !! Mais évidemment, l’objectif n’est pas de TOUS les utiliser. Mais bien d’identifier ceux qui sont le plus adaptés à:

  • ta personnalité et tes préférences en terme d’outils
  • tes ressources (temps, personnes, finances, compétences etc)
  • la nature de ton offre
  • le positionnement de ta marque
  • les cibles de clients que tu vises

Trouver son propre mix de communication

C’est pour cette raison que chaque entreprise a son propre mix de communication. C’est à dire une association de moyens de communication sur-mesure, pour une meilleure efficacité. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’existe pas de mix de communication idéal. L’objectif est de trouver celui qui te correspond, puis de le faire évoluer au fur et à mesure que ton activité se développe.

Communication print, digitale, événementielle, publicitaire… de multiples leviers de communication à associer

Par exemple, tu peux proposer une nouvelle offre. Ou alors décider de travailler avec des clients professionnels, alors que tu ne t’adressais qu’à des particuliers auparavant. Tu peux développer de nouvelles compétences, ou encore décider d’investir davantage d’argent dans ta communication. Tu peux également décider de t’inscrire sur un tout nouveau réseau social qui vient d’apparaître…

Pour toutes ces raisons, tu vas être amenée à modifier régulièrement les canaux de communication que tu utilises. Par exemple, avant de conseiller les entrepreneuses en matière de stratégie de marque, j’avais créée ma propre marque d’accessoires textiles.

A cette époque (2006 !), je venais de déménager à Chambéry. J’avais créé un blog personnel, que j’ai tout naturellement fait évoluer en blog marchand pour commercialiser mes créations. Je communiquais aussi sur des forums, et quelques mois plus tard, je me suis inscrite sur Facebook.

Je misais aussi sur la participation à des salons de créateurs locaux ou nationaux. Et j’avais lancé un collectif de créatrices pour organiser nos propres événements. Pour notre toute première édition, nous avions réussi à décrocher un partenariat avec France Bleu. Notre star locale, Mercotte, était même venue dédicacer son premier livre de cuisine. Ce qui nous avait assuré une belle participation !

Miser sur les leviers digitaux

En 2009, j’ai déménagé aux Pays-Bas : loin de mes clientes françaises, j’ai dû muscler ma communication digitale. J’ai alors tout misé sur la publication de contenus sur mon blog, sur la création d’une newsletter et le développement d’une grosse communauté sur Facebook. Mais aussi sur l’investissement dans un site e-commerce digne de ce nom et une présence accrue sur les plateformes de créateurs.

Quelques temps plus tard, pour lancer mon activité de conseil en communication, j’ai développé de nouveaux leviers de visibilité. En particulier, une collaboration fructueuse avec Sophie-Charlotte Chapman pour fonder les Entrepreneuses créatives. Ensemble, nous avons créé des programmes de formations. Et aussi beaucoup écrit : des articles de blogs, la rubrique “Vendre fait-main” dans Créative Magazine et, bien sûr, 4 guides pratiques pour les entrepreneuses.

De retour en France, en 2013, j’ai choisi d’adopter une stratégie de communication plus ciblée sur le territoire lyonnais. Et c’est ainsi que j’ai lancé les Pauses entrepreneuses, des rencontres régulières pour échanger sur l’entrepreneuriat. Et encore plus récemment, j’ai dû adapter ma communication au confinement et à l’annulation des événements…

Repenser régulièrement ses canaux et outils de communication

Si je t’explique tout cela, ce n’est pas pour te raconter ma vie (quoique ^^). Mais surtout pour t’encourager à repenser régulièrement ton mix de communication. Sais-tu pourquoi tu es présente sur tel canal et pas sur tel autre ? Est-ce un choix mûrement réfléchi ? Est-ce qu’il ne serait pas pertinent d’examiner de nouveaux leviers ou d’en abandonner d’autres ? Quels sont tes outils de communication favoris et ceux qui ne répondent pas à tes attentes ?

Si tu sens que cela n’est pas très clair, je ne peux que te conseiller de me rejoindre pour l’atelier Dessine ton plan de com’, qui a l’avantage de se dérouler à distance 🙂 .

En ce qui me concerne, c’est clairement l’écrit que j’ai envie de remettre au centre de ma com’. Je t’en ai d’ailleurs déjà parlé dans cet article. Rédiger des articles et des newsletters me paraît beaucoup plus adapté à la fois au message que je souhaite faire passer, et à mes goûts. Je sais que ce format ne convient pas à toutes les personnes de mon audience. Mais je préfère du coup toucher une cible plus restreinte mais qui résonne avec mon approche. Je souhaite en parallèle réduire mon investissement en temps sur les réseaux sociaux.

En revanche, j’ai aussi envie et besoin de formats permettant de créer plus de liens. C’est pourquoi je viens de lancer des Pauses entrepreneuses en visio. Pour la première, nous avons échangé sur nos outils de communication et plus précisément sur la newsletter. Si tu souhaites être informée des suivantes, n’hésite pas à remplir ce formulaire !

Pause visio entrepreneuses : lancer sa newsletter
Lors de la première Pause visio entrepreneuses, nous avons parlé de l’outil newsletter…

Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Écrire pour son entreprise

Mettre l’écriture au cœur de son entreprise

Écrire pour son entreprise, c’est trouver les mots justes, organiser et transmettre ses idées, séduire avec des phrases soigneusement ciselées… Pas besoin d’être écrivaine pour vouloir mettre ta plume, ou plutôt ton clavier, au service du développement de ton activité. Tu vas voir, ça vaut la peine de surmonter ton angoisse de la page blanche !

A l’origine de cet article sur l’écriture au service de l’entreprise, il y a une interview. Celle d’Alexandre Dana, fondateur de LiveMentor (formations en ligne pour entrepreneurs). “L’écriture est la compétence la plus essentielle pour monter une entreprise”, ne craint-il pas d’affirmer. C’est au travers de ses écrits que j’ai d’ailleurs plaisir à suivre l’actualité d’Alexandre. Via sa newsletter, que je trouve souvent pertinente et approfondie, ainsi que via son livre, la Méthode LiveMentor.

En lisant cette interview, cela m’a frappé ! Je n’avais jamais vraiment réalisé à quelle point l’écriture était au cœur de ma vie d’entrepreneuse. Et de ma vie tout court, d’ailleurs, car j’ai commencé à écrire au moment de l’école primaire et je n’ai jamais cessé depuis.

En réfléchissant au contenu de cet article, m’est revenue l’image, et même la sensation sous mes doigts, du tout premier journal intime reçu à Noël. La couverture, brillante, était bleu marine, ornée d’un Pierrot allongé sur un croissant de lune. Et il fermait bien sûr à l’aide d’un tout petit cadenas…

Ecrire : le fil rouge de ma vie d’entrepreneuse

Mais revenons à ma vie professionnelle. J’ai commencé ma carrière comme journaliste. De presse écrite bien sûr. Pendant dix ans, je suis partie à la rencontre de centaines de personnes pour recueillir leur histoire ou leur analyse. Je les ai soigneusement retranscrits et synthétisés. Devenue créatrice textile, un blog, les réseaux sociaux et une newsletter, ont naturellement été mes nouveaux terrains d’écriture. De même que mes accessoires textiles, ornés de mots imprimés au pochoir ou au tampon.

C’est aussi grâce à mes écrits que certaines entrepreneuses ont commencé à me solliciter pour que je les aide dans leur communication. Ce qui m’a amenée à développer mon activité d’accompagnement à la stratégie de marque. Et en parallèle à créer les Entrepreneuses créatives, avec Sophie-Charlotte Chapman. Avec laquelle, d’ailleurs, j’ai également écrit plusieurs guides pratiques pour entrepreneuses.

L’écrit ne m’est pas seulement utile pour faire connaître mon activité et partager mon expertise. Il tient également une grande place dans les formations et accompagnements que je propose. Si vous avez l’occasion de travailler avec moi, vous découvrirez que je vous fais très régulièrement remplir des questionnaires et rédiger des documents. C’est évidemment encore plus vrai dans mon accompagnement 100% écrit !

Écrire pour son entreprise : pourquoi et comment ?

Écrire est donc au cœur de mon activité. Mais j’ai la faiblesse de croire que l’écriture peut être utile à toute entrepreneuse ! Le visuel (photos, graphismes et bien sûr vidéos) est un incontournable, notamment sur les réseaux sociaux. Mais très souvent il ne suffit pas.

Le visuel est indispensable, car il sait attirer l’attention, être agréable à l’œil et transmettre une information bien plus rapidement qu’un mot ou une phrase (ce n’est pas un hasard si on utilise des pictogrammes, notamment sur nos panneaux routiers !). En revanche, il est beaucoup moins pertinent quand il s’agit de délivrer un contenu long, complexe et durable.

D’ailleurs, ce n’est pas tout à fait un hasard si le format newsletter fait un retour en force ces dernier temps. Faire le choix de l’écriture pour son business, c’est d’abord prendre le temps de structurer sa pensée et de transmettre ses idées de manière approfondie et développée. Et donc acquérir un positionnement d’expert auprès de sa communauté

C’est aussi résister, d’une certaine manière, à la course sans fin à la productivité qu’imposent les algorithmes des réseaux sociaux. Je t’invite aussi à lire cette réflexion de Lyvia Cairo, qui a récemment annoncé qu’elle quittait Instagram et Facebook pour se recentrer sur sa newsletter.

Je sais toutefois par mes clientes (mais aussi par les étudiants auxquels j’enseigne notamment la rédaction web) qu’écrire est plus souvent vu comme une corvée plutôt qu’un plaisir.

Jusqu’à présent, sur ce blog, j’ai abordé la question des contenus écrits essentiellement sous l’angle du content marketing, ainsi que de la stratégie éditoriale et de la ligne éditoriale. Je n’ai encore jamais partagé de conseils sur la rédaction proprement dite, alors que c’est un sujet que j’enseigne très souvent aux étudiants.

Si cette thématique t’intéresse, dis-le moi en commentaire. Et si tu as envie de travailler tes compétences rédactionnelles en étant accompagnée, n’hésite pas à me contacter pour qu’on en discute !


Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Bonnes pratiques pour une newsletter responsable

Newsletter : 5 pratiques responsables pour réduire son empreinte carbone

La newsletter est un canal de communication particulièrement efficace. Voici les bonnes pratiques à adopter pour limiter la pollution numérique générée par cet outil … mais aussi pour améliorer ses performances !

En 2020, un.e Français.e a reçu en moyenne 4365 emails promotionnels, dont 3245 jamais ouverts ! Or, un email, c’est 10g de CO2, soit la même empreinte carbone qu’un sac plastique… (Source : The Next Media)

Nous somme de plus en plus nombreuses à lutter contre ces emballages inutiles, en tant que consommatrices et en tant qu’entrepreneuses. Alors soyons aussi attentives à notre responsabilité en matière d’emailmarketing et plus généralement de communication.

Comme souvent, la sobriété et le minimalisme sont la clé.

5 bonnes pratiques pour optimiser tes newsletters

Bonne pratique n°1 : désabonne-toi des newsletters que tu ne lis plus

Comme je l’observais récemment sur Instagram, en citant un extrait de l’interview d’Alexandra Ferrero (à lire ou relire ici), l’entrepreneuse a généralement soif de nouvelles connaissances et de compétences. Ce qui se traduit parfois par une boulimie informationnelle (je suis sûre que je ne suis pas la seule dans ce cas !).

Être en veille sur ton secteur et suivre ce que font tes concurrents est une bonne chose. Mais attention à bien sélectionner les newsletter auxquelles tu t’abonnes ! Et dès que tu t’aperçois qu’une d’entre elles est inutile (tu ne l’ouvres plus), désabonne-toi sans scrupule.

Bonne pratique n°2 : surveille le comportement de tes abonnés pour vérifier la qualité de tes mails

L’un des avantages de la newsletter comme canal de communication, c’est qu’il permet d’avoir des statistiques précises du comportement de tes abonnés. Tu peux savoir combien d’entre eux ouvrent tes mails, qui sont ceux qui l’ouvrent plusieurs fois, combien de liens et quels liens sont cliqués etc. Tu peux même suivre, si tu envoies des mails promotionnels, les achats réalisés à la suite de la lecture de ton mail.

Suivre ses statistiques est le meilleur moyen de savoir si le contenu plaît et est utile aux abonnés. Et donc d’éviter d’envoyer des mails qui ne seront pas ouverts 😉

Bonne pratique n° 3 : nettoie régulièrement ta liste des abonnés qui n’ouvrent pas ta newsletter

OK, ça ne fait jamais plaisir de voir le nombre de ses abonnés baisser. Mais le chiffre des abonnés n’est pas celui qui compte : c’est le taux des abonnés actifs qu’il faut privilégier. C’est à dire le pourcentage des destinataires qui ouvrent la newsletter et le pourcentage de ceux qui cliquent.

Pour ma part, j’envoie ma newsletter mensuelle grâce à Mailchimp. Je supprime systématiquement les abonnés qui ont une note de 1 étoile (la plus basse). Je vérifie aussi parmi ceux à 2 étoiles si certains n’ont jamais ouvert mes mails. S’ils sont abonnés depuis plus de quelques mois, je les supprime sans état d’âme.

Récemment, j’ai également envoyé un mail à une centaine d’abonnés, dont les dernières ouvertures remontaient à plus de 6 mois. Je les informe que leur adresse va être supprimée de ma base, en leur donnant la possibilité de cliquer sur un bouton pour maintenir leur abonnement.

Newsletter : nettoie régulièrement ta liste d'abonnés

Supprimer les abonnés inactifs est bénéfique pour limiter ta pollution numérique. Mais cette “hygiène de liste” est également bénéfique pour garder une bonne vision des performances de ta newsletter. Cela permet d’éviter qu’un destinataire lassé finisse par placer ton mail dans les spams. Un très mauvais signal qui risque de compliquer tes futurs envois.

Pour approfondir le sujet, je te suggère cet excellent thread Twitter de Jean Abbiatecci, fondateur de la newsletter éditoriale Bulletin.

Bonne pratique n°4 : Adapte la fréquence de tes envois

Il n’existe pas de fréquence idéale d’envoi de newsletter : tout dépend de ton intention et de la promesse faite à tes lecteurs. Toutefois, une fréquence trop élevée augmente le risque de non-ouverture. Et tu risques de manquer d’inspiration, donc d’envoyer des newsletters moins riches ou moins intéressantes. Bref, il vaut mieux une newsletter plus rare mais plus qualitative !

Bonne pratique n°5 : Ne spamme pas !

C’est à dire : n’envoie pas de newsletter non sollicitées. En fait, si ton audience est composée de particuliers, c’est même une obligation légale (RGPD). Tu dois absolument solliciter leur accord plein et entier avant de les inscrire dans une liste et de leur envoyer un mail promotionnel. Cela signifie que même si tu disposes de leur adresse mail dans le cadre, par exemple, d’une commande, tu n’as pas le droit de les inscrire automatiquement à ta newsletter.

T’assurer de leur envie de recevoir ta newsletter est, là encore, le meilleur moyen de t’assurer d’un bon taux d’ouverture de tes mails !

Si tu as une newsletter mais que tu ne sais pas trop comment l’utiliser, ou si tu souhaites mettre en place une newsletter et que tu veux y voir plus clair, n’hésite pas à me contacter pour qu’on en discute !


Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Histoire de marque : épisode 1

Histoire de marque #1 : Aline, hypnothérapeute à Lyon

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique du blog. Dans chaque épisode, je vais te raconter l’histoire d’une marque que j’ai accompagnée dans sa création ou dans son développement. L’objectif : te permettre de mieux comprendre le travail de co-construction que j’accomplis avec mes clientes. Et, j’espère, t’inspirer pour le développement de ta propre marque ! Dans ce premier épisode, je vais te parler de Aline, hypnothérapeute à Lyon.

Aline vient de se reconvertir à l’hypnothérapie et vient d’arriver en région lyonnaise, pour suivre son conjoint. Elle souhaite s’installer comme hypnothérapeute à domicile, car elle n’a pas encore accès à un cabinet. En parallèle, elle souhaite développer une activité en ligne en lien avec l’hypnose. Elle n’a pas encore d’idée très précise de ce qu’elle souhaite offrir de cette manière. Aline sait seulement qu’il ne s’agira pas de séances en visio, qu’elle n’apprécie pas vraiment…

Aline a choisi d’exercer sous son nom. Elle a créé pour son activité un site, un blog et des comptes de réseaux sociaux. Mais elle se questionne sur sa stratégie de communication. En effet, elle ne cesse de la remettre en question et a du mal à se motiver pour la mettre en œuvre. Elle a besoin d’un regard extérieur sur ses pratiques. Par ailleurs, elle voudrait obtenir des idées et des conseils de communication pour mieux se faire connaître. Nouvelle arrivée dans sa ville, elle n’a pas un réseau très fourni… Elle me contacte début 2020, dans le cadre d’un accompagnement individuel ponctuel.

Le diagnostic de la marque

Principal problème, Aline n’a pas suffisamment clarifié son offre et son positionnement de marque. Cela l’empêche donc de définir avec précision les messages qu’elle souhaite faire passer. Mais aussi de savoir À QUI et COMMENT les transmettre. Cela explique sa difficulté à définir et appliquer une stratégie de communication cohérente et consistante dans le temps.

Pendant l’entretien de co-construction, nous prenons le temps d’explorer l’histoire et le parcours de Aline. Ainsi que les motivations qui l’ont amenée à faire une reconversion et à choisir l’hypnothérapie.

Cela nous permet, petit à petit, de préciser les clients et les types de situations qui l’attirent et pour lesquels elle se sent légitime. Mais aussi d’identifier les compétences et qualités sur lesquelles elle pourra s’appuyer pour développer son activité.

Aline souhaite accompagner des femmes plutôt jeunes (cible principale = 23-45 ans, cœur de cible = 23-35 ans), qui rencontrent une problématique de type émotionnelle dans le cadre de leur travail ou de leur vie amoureuse. Ce sont par ailleurs des personnes qui ont envie de changer et ont identifié qu’elles pouvaient changer. 

L’entretien nous permet également de souligner ses compétences, appréciables, en commercial et networking, héritées de son précédent métier. Et de clarifier le mode de communication qu’elle souhaite mettre en place. Une communication qui mette en avant sa personnalité et son authenticité. Elle souhaite surtout éviter le discours “traditionnel” qu’elle a repéré sur de nombreux sites : essentiellement factuel et didactique, portant sur l’hypnose et ses avantages, ainsi que le déroulement des séances…

Ensemble nous explorons cette notion importante : il n’existe pas de règles intangibles en matière de communication, ni de recettes infaillibles. Il s’agit de trouver sa propre voix et les manières de la porter jusqu’à sa communauté. Mais aussi d’ouvrir les espaces où cette communauté pourra s’exprimer et être entendue.

Cela nous amène alors à identifier quelques incohérences dans la construction et les contenus du site actuel, ainsi que dans ses publications sur les réseaux sociaux. En revanche, nos échanges confirment la pertinence pour elle de posséder un blog, pour prendre la parole sur ses valeurs et sa vision du monde.

Le plan d’action défini ensemble

Priorité n°1 pour Aline : prolonger la réflexion, initiée pendant l’entretien, sur la définition précise du positionnement. Puis travailler sur sa mise en mots, notamment via la rédaction d’une base-line. Il s’agit d’une phrase courte, résumant son offre et sa spécificité. Aline pourra l’utiliser en page d’accueil de son site ou dans sa bio sur les réseaux sociaux.

Dans une seconde étape, il s’agira de faire évoluer les contenus sur les réseaux sociaux (modification de la bio, de la ligne éditoriale…) ainsi que sur le site. Objectif : rendre plus visibles le positionnement de Aline, mais aussi son parcours et ses valeurs. Et permettre ainsi à sa communauté de mieux la connaître et de la différencier des autres professionnels de son domaine.

Par ailleurs, Aline devra penser à diversifier ses canaux de communication. Notamment, identifier des partenaires professionnels à rencontrer, pour leur présenter l’activité. Ceux-ci doivent travailler avec des personnes faisant partie de la cible identifiée par Aline, de manière complémentaire et non concurrente. Ils seront ainsi susceptibles de la recommander auprès de leur propre réseau ou clientèle. L’organisation d’événements, gratuits ou payants, permettrait également à Aline de développer sa visibilité et sa communauté.

Enfin, une recommandation plus marketing pour Aline : ne plus repousser la construction de l’offre complémentaire online. Elle constituera également un axe de différenciation pertinent à mettre en avant dans sa communication.


Découvre les formules d'accompagnement à la stratégie de marque
Clarifie ton message de marque : découvre les formules d’accompagnement

Fixer ses objectifs 2021

Objectifs 2021 : garder l’équilibre

Après le temps du bilan, vient celui des objectifs. Se fixer quelques grandes orientations permet de mieux tenir le cap : essentiel quand les perspectives sont incertaines. Je partage avec toi mes objectifs 2021 et mon intention pour cette nouvelle année.

Merci à toutes : vous avez été nombreuses à m’aider à faire mon bilan entrepreneurial de fin d’année. Il est maintenant temps de passer à l’étape suivante : fixer mes objectifs 2021.

En répondant à mon petit questionnaire de “satisfaction”, vous m’avez aidée à faire le point sur ma stratégie de contenus. Pour commencer, vos retours positifs se sont révélés excellents pour le moral et encourageants !

Par exemple, vous êtes quasiment unanimes à trouver mes contenus tout à fait (environ 60%) ou plutôt (environ 40%) utiles et agréables.

Les thématiques abordées vous paraissent souvent pertinentes pour votre activité et variées. Vous appréciez un contenu clair, efficace, qui va droit au but. Vous jugez l’écriture agréable et vous trouvez ma posture bienveillante (n’en jetez plus ^^).

D’ailleurs, vous êtes 90% à être tout à fait prêtes à me recommander au sein de votre réseau et 60% d’entre vous seraient partantes pour travailler avec moi.

Ces retours positifs sont évidemment très agréables et je vous remercie de cette confiance. Mais vos réponses sont aussi et surtout intéressantes pour les pistes d’amélioration qu’elles suggèrent !

Ainsi, vous n’êtes que 50% à avoir une compréhension totalement claire de mon activité. Par ailleurs, si la quasi-totalité des répondantes me suivent via mon compte Instagram, seule la moitié sont abonnées à ma newsletter…

Aperçu du compte Instragram de Sandrine Franchet

Mes objectifs pour 2021

Je déduis de ces réponses plusieurs nouveaux objectifs pour 2021. Tout d’abord, veiller à communiquer de manière plus claire et complète sur Instagram. Egalement continuer à t’inciter à découvrir ma newsletter (elle est très riche en infos !)

Et inaugurer dans quelques jours une nouvelle rubrique sur ce blog. Intitulée “Histoires de marques”, elle te proposera des “études de cas” (anonymisées) d’accompagnements d’entrepreneuses. L’objectif : te donner une vision plus claire et plus concrète de la manière dont je travaille en co-construction avec mes clientes. Ainsi que des résultats que nous obtenons ensemble.

Parmi les autres ambitions que je nourris pour 2021, j’ai déjà évoqué avec toi le développement des ateliers pour entrepreneuses, en partenariat avec Dessine ta boîte. Ainsi que ma nouvelle formule d’accompagnement individuel, 100% par écrit !

J’ai également des projets côté Entrepreneuses créatives : une nouvelle organisation pour notre atelier phare Organiser des ateliers créatifs. Mais aussi la rédaction d’un tout nouveau guide pratique, dont la publication est prévue pour fin 2021 !

Mon intention 2021 : garder l’équilibre

Ce qui va donc être le véritable défi pour moi, dans l’année qui commence, sera d’arriver à organiser au mieux mon agenda. Concilier de manière harmonieuse mon activité d’accompagnement et de formation à l’entrepreneuriat féminin, et le temps consacré à mon mandat d’élue du 5ème arrondissement de Lyon.

Lorsque j’ai cherché le mot qui pouvait résumer l’intention que je souhaitais formuler pour cette nouvelle année, j’ai d’abord pensé au terme “adaptabilité”. Car dans cette période de flou et d’incertitudes, que se souhaiter de mieux que de s’adapter au mieux à un environnement mouvant ?

Je lui ai finalement préféré celui d’ “équilibre”. S’adapter, c’est savoir faire varier subtilement sa trajectoire, sa posture, sa vision en réaction aux changements, savoir redresser la barre au bon moment, pour ne pas chuter ou ne pas dévier du cap prévu.

Alors mon intention, voire mon défi 2021, cela sera de garder l’équilibre : dans le cadre mon activité, mais aussi dans toutes les dimensions de ma vie.

Et toi, quelle sera ton intention en 2021 ?

Photo by Hannah Skelly on Unsplash

Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites

Accompagnement individuel en stratégie de marque : les nouveautés 2021

En 2021, je fais évoluer mon offre d’accompagnement individuel en stratégie de marque. Besoin de clarifier ton positionnement, de formuler ton message de marque ou encore de définir ta stratégie de communication ? Découvre ici comment je peux t’aider !

Ma conviction : construire une marque forte, différente et au discours clair est essentiel pour développer et fidéliser une audience.

Ma mission : aider les (futures) entrepreneuses à clarifier leur discours de marque. Et à mettre en œuvre une communication efficace, pour atteindre leurs objectifs.

Depuis plus de 10 ans, je propose différentes prestations pour répondre aux besoins des entrepreneuses. Elle se répartissent en 2 grande catégories : les ateliers collectifs et les accompagnements individuels.

Du nouveau pour l’accompagnement individuel en stratégie de marque pour 2021

  • Désormais, je propose des ateliers collectifs quasi exclusivement en partenariat avec la structure lyonnaise Dessine ta boîte. Ils sont accessibles en présentiel ET en distanciel pour convenir au plus grand nombre. Le programme complet se trouve dans la rubrique Ateliers du site de Dessine ta boîte. Je les annonce aussi sur ma page Meetup.
  • Une nouvelle formule d’accompagnement individuel ponctuel voit le jour : l’accompagnement 100% écrit. Il s’adresse bien sûr à celles qui sont plus à l’aise avec les échanges écrits, qu’en face à face. Mais il présente aussi de nombreux autres avantages : il s’adapte plus facilement à vos contraintes d’organisation, vous permet de “poser” davantage votre réflexion, de garder une trace de tous nos échanges… Et il est aussi plus accessible que l’accompagnement individuel classique (200€ TTC)
  • Le tarif de l’accompagnement individuel version “classique” va augmenter au 1er février 2021 (à 275€ TTC). Si tu envisages cet accompagnement, pense à le commander en janvier, même si tu veux en bénéficier un peu plus tard…
  • En contrepartie, le forfait de l’accompagnement individuel mensuel reste à 250€. Pourquoi une telle décision ? Pour te permettre de choisir plus facilement ce suivi régulier, qui est vraiment utile au déploiement de ta marque.

Si tu as des questions sur ces différentes formules, que tu souhaites en discuter avec moi avant de faire ton choix, n’hésite pas à me contacter par mail !

Clarifie ton message de marque : découvre l'accompagnement 100% par écrit
Clarifie ton message de marque : découvre l’accompagnement 100% écrit