Archives de l’auteur : Sandrine Franchet

Bonnes pratiques pour une newsletter responsable

Newsletter : 5 pratiques responsables pour réduire son empreinte carbone

La newsletter est un canal de communication particulièrement efficace. Voici les bonnes pratiques à adopter pour limiter la pollution numérique générée par cet outil … mais aussi pour améliorer ses performances !

En 2020, un.e Français.e a reçu en moyenne 4365 emails promotionnels, dont 3245 jamais ouverts ! Or, un email, c’est 10g de CO2, soit la même empreinte carbone qu’un sac plastique… (Source : The Next Media)

Nous somme de plus en plus nombreuses à lutter contre ces emballages inutiles, en tant que consommatrices et en tant qu’entrepreneuses. Alors soyons aussi attentives à notre responsabilité en matière d’emailmarketing et plus généralement de communication.

Comme souvent, la sobriété et le minimalisme sont la clé.

5 bonnes pratiques pour optimiser tes newsletters

Bonne pratique n°1 : désabonne-toi des newsletters que tu ne lis plus

Comme je l’observais récemment sur Instagram, en citant un extrait de l’interview d’Alexandra Ferrero (à lire ou relire ici), l’entrepreneuse a généralement soif de nouvelles connaissances et de compétences. Ce qui se traduit parfois par une boulimie informationnelle (je suis sûre que je ne suis pas la seule dans ce cas !).

Être en veille sur ton secteur et suivre ce que font tes concurrents est une bonne chose. Mais attention à bien sélectionner les newsletter auxquelles tu t’abonnes ! Et dès que tu t’aperçois qu’une d’entre elles est inutile (tu ne l’ouvres plus), désabonne-toi sans scrupule.

Bonne pratique n°2 : surveille le comportement de tes abonnés pour vérifier la qualité de tes mails

L’un des avantages de la newsletter comme canal de communication, c’est qu’il permet d’avoir des statistiques précises du comportement de tes abonnés. Tu peux savoir combien d’entre eux ouvrent tes mails, qui sont ceux qui l’ouvrent plusieurs fois, combien de liens et quels liens sont cliqués etc. Tu peux même suivre, si tu envoies des mails promotionnels, les achats réalisés à la suite de la lecture de ton mail.

Suivre ses statistiques est le meilleur moyen de savoir si le contenu plaît et est utile aux abonnés. Et donc d’éviter d’envoyer des mails qui ne seront pas ouverts 😉

Bonne pratique n° 3 : nettoie régulièrement ta liste des abonnés qui n’ouvrent pas ta newsletter

OK, ça ne fait jamais plaisir de voir le nombre de ses abonnés baisser. Mais le chiffre des abonnés n’est pas celui qui compte : c’est le taux des abonnés actifs qu’il faut privilégier. C’est à dire le pourcentage des destinataires qui ouvrent la newsletter et le pourcentage de ceux qui cliquent.

Pour ma part, j’envoie ma newsletter mensuelle grâce à Mailchimp. Je supprime systématiquement les abonnés qui ont une note de 1 étoile (la plus basse). Je vérifie aussi parmi ceux à 2 étoiles si certains n’ont jamais ouvert mes mails. S’ils sont abonnés depuis plus de quelques mois, je les supprime sans état d’âme.

Récemment, j’ai également envoyé un mail à une centaine d’abonnés, dont les dernières ouvertures remontaient à plus de 6 mois. Je les informe que leur adresse va être supprimée de ma base, en leur donnant la possibilité de cliquer sur un bouton pour maintenir leur abonnement.

Newsletter : nettoie régulièrement ta liste d'abonnés

Supprimer les abonnés inactifs est bénéfique pour limiter ta pollution numérique. Mais cette “hygiène de liste” est également bénéfique pour garder une bonne vision des performances de ta newsletter. Cela permet d’éviter qu’un destinataire lassé finisse par placer ton mail dans les spams. Un très mauvais signal qui risque de compliquer tes futurs envois.

Pour approfondir le sujet, je te suggère cet excellent thread Twitter de Jean Abbiatecci, fondateur de la newsletter éditoriale Bulletin.

Bonne pratique n°4 : Adapte la fréquence de tes envois

Il n’existe pas de fréquence idéale d’envoi de newsletter : tout dépend de ton intention et de la promesse faite à tes lecteurs. Toutefois, une fréquence trop élevée augmente le risque de non-ouverture. Et tu risques de manquer d’inspiration, donc d’envoyer des newsletters moins riches ou moins intéressantes. Bref, il vaut mieux une newsletter plus rare mais plus qualitative !

Bonne pratique n°5 : Ne spamme pas !

C’est à dire : n’envoie pas de newsletter non sollicitées. En fait, si ton audience est composée de particuliers, c’est même une obligation légale (RGPD). Tu dois absolument solliciter leur accord plein et entier avant de les inscrire dans une liste et de leur envoyer un mail promotionnel. Cela signifie que même si tu disposes de leur adresse mail dans le cadre, par exemple, d’une commande, tu n’as pas le droit de les inscrire automatiquement à ta newsletter.

T’assurer de leur envie de recevoir ta newsletter est, là encore, le meilleur moyen de t’assurer d’un bon taux d’ouverture de tes mails !

Si tu as une newsletter mais que tu ne sais pas trop comment l’utiliser, ou si tu souhaites mettre en place une newsletter et que tu veux y voir plus clair, n’hésite pas à me contacter pour qu’on en discute !

Interview d'Alexandra, calligraphe sous la marque La Plumographe

Alexandra, calligraphe : des mots d’amour pour tous les jours !

Alexandra est calligraphe à Paris, sous la marque La Plumographe. Dans cette longue interview, elle nous raconte comment elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat, à la suite d’un burn-out. Et nous présente sa nouvelle ligne de papeterie, emplie de mots d’amour.

C’est pendant le premier confinement que j’ai fait la connaissance d’Alexandra : elle a participé à l’accompagnement collectif (Re)pense ta stratégie de marque du mois de mai 2020.

“Je me posais alors des questions sur ma marque, explique-t-elle. Notamment comment lui donner de la hauteur et de la visibilité. En quelques jours, ton approche pédagogique a levé des freins et m’a permis d’y voir beaucoup plus clair.”

L’expérience lui permet de définir des objectifs clairs et réalisables. Notamment le développement de sa communauté sur Instagram, la redéfinition de son image de marque et le lancement d’une nouvelle offre : des illustrations calligraphiées & personnalisées.

Pour couronner le tout, Alexandra vient de lancer sa boutique en ligne. L’occasion de l’interviewer plus longuement sur son parcours d’entrepreneuse et sur son travail de calligraphe !

Bonjour Alexandra, peux-tu te présenter et nous parler de ton métier de calligraphe ?

Je suis calligraphe, basée à Paris. Je propose des prestations de calligraphie aux entreprises, et je viens de lancer une ligne de papeterie : affiches et cartes, disponibles sur mon site internet. Ce sont des créations uniques, ou imprimées en séries limitées et numérotées. Chaque unité est personnalisable avec un prénom, ou une petite illustration.

Micro-entrepreneure, je travaille seule, chez moi, à Paris 15, face à un joli parc, ma bouffée d’oxygène ! On peut aussi parfois me croiser chez des clients prestigieux, lorsque je suis en mission de calligraphie, pour préparer un événement (défilé de mode, dîner…) ou une animation en boutique.

Lorsque j’ai débuté, j’ai hésité à exercer sous mon nom, ou à inventer un nom de marque distinctif, évoquant mon activité. La Plumographe est un néologisme, un mot inventé. Il associé la plume de la calligraphie au pinceau du graphiste. Une plume c’est délicat, léger, enveloppant. Il était important pour moi que ce nom de marque évoque les arts graphiques, et qu’il soit féminin. Mon univers est doux, poétique, avec un twist rock. Il touche majoritairement les femmes, mais aussi la sensibilité des hommes.

Chez La Plumographe, tout est “handmade with amour” car je suis une passionnée, je me donne à 200% quand j’entreprends quelque chose. Je propose des mots d’amour, pour tous les jours.

Collection affiche calligraphiées Pop Love par La Plumographe
La collection d’affiches Pop Love par La Plumographe

Parle-nous de ton parcours : pourquoi et comment as-tu choisi l’aventure entrepreneuriale et la calligraphie ?

Je suis lyonnaise, diplômée de l’Ecole Nationale des Beaux-arts de Lyon, spécialisée en Art & Communication. Je suis venue à Paris, par amour, et pour terminer mes études aussi. En effet, après les Beaux-Arts, j’ai poursuivi avec une maîtrise en Histoire de l’Art Moderne, à La Sorbonne.

Mon amour du bel objet et des savoir-faire artisanaux est la colonne vertébrale de tout mon parcours. Après mes études, j’ai fait des petits jobs dans le milieu de la culture puis dans le luxe. J’ai rapidement rejoint la Maison Dior Couture où je suis restée 11 ans, et c’est là que j’ai tout appris : les codes du milieu, son exigence, son excellence, son sens du détail.

Entre temps, je me suis mariée et je suis devenue maman, puis j’ai divorcé. Trois ans plus tard, je quittais Dior. J’ai pris un peu de temps pour réfléchir à l’orientation que j’allais donner à ma vie, et j’ai tenté l’entrepreneuriat. Mais ce n’était pas le moment, je n’étais pas prête.

Puis j’ai alors rejoint la Maison Cartier pour laquelle j’étais souvent en déplacement, dans les coulisses de la création aussi, dans les ateliers et les manufactures. Comme chez Dior, j’étais passionnée par mon job.

Mais un jour, j’ai craqué.

Après avoir passé pas loin de 20 ans dans l’univers du luxe, côtoyé des gens formidables, passionnés, et d’autres plus cruels, j’ai fait un burn-out. Je pense qu’à ce jour, c’est l’épreuve la plus difficile à laquelle j’ai été confrontée.

Durant ma période de convalescence, j’ai compris que je ne pourrai pas retourner travailler en entreprise, en tous cas, plus dans les conditions que j’avais connues. Le dessin et la calligraphie m’ont aidée à refaire surface. Mes crayons ont toujours été mes meilleurs alliés pour supporter les difficultés !

Je me suis mise à mon compte début 2019. Je proposais alors uniquement des prestations de service aux entreprises : calligraphie événementielle, création de logo et identité graphique, monogramme, prestation live en boutique, décoration de vitrine.

Et puis la pandémie a stoppé net les missions liées à l’événementiel. Puisque je songeais déjà depuis le début à lancer une ligne de papeterie, j’ai pensé que c’était le moment de proposer des affiches mais aussi des cartes pour créer du lien, on en a tellement besoin !

Du coup, mon activité de calligraphe est partagée entre ma ligne de papeterie dont je fais la promo sur Instagram, et mes missions pour les professionnels. J’envisage aussi de donner des cours de calligraphie.

Identité de marque par la calligraphe Alexandra Ferrero, La Plumographe
Identité graphique par La Plumographe

Quelles sont aujourd’hui les satisfactions que tu rencontres dans ta vie d’entrepreneuse calligraphe ? Et les difficultés ?

Même si ce n’est pas évident tous les jours, être pleinement autonome est une grande satisfaction. Gérer ses créations, son propre site internet, sa communication sur les réseaux sociaux, les clients, les commandes, les emballages, les expéditions, la comptabilité…. tout cela est très formateur. Lorsque l’on se met à son compte et que l’on travaille seule, on porte plusieurs casquettes. On ne s’ennuie jamais et on apprend tous les jours, souvent sur le tas.

Côté difficultés, compte-tenu du contexte sanitaire actuel, certains jours je me sens un peu seule. Et il est important de ne pas rester avec ses interrogations.

Si c’était à refaire, que changerais-tu (ou non) ?

Parfois je me demande si j’en serais là, si je n’avais pas divorcé ou fait ce burn-out. Je crois que ces épreuves m’ont forgée et permis de prendre de la maturité.

C’est une rencontre opportune qui m’a permis de me lancer. Une cliente que j’ai rencontrée à un stage de calligraphie et qui m’a dit “Je travaille avec des Maisons de luxe, tu viens du luxe, j’ai besoin de toi, tu as les codes du milieu”. Un mois plus tard, je réalisais pour elle ma première mission. J’ai travaillé exclusivement pour elle, car elle me passait beaucoup de commandes. C’était super, j’ai adoré cette collaboration, mais dépendre d’un seul client n’est pas une bonne chose. Quand elle a mis la clé sous la porte, j’ai dû me mettre à prospecter, étape essentielle que j’avais éludée, et qui est loin d’être évidente.

Sinon j’aurais aimé te rencontrer Sandrine, au moment où j’ai commencé afin d’être accompagnée dans le développement de marque (j’aurais peut être moins tâtonné et su plus vite où aller). Ton aide précieuse et celle d’une autre coach m’ont permis d’éclaircir mon projet !

Pour terminer, parle-nous de tes nouveautés !

Je propose des collections sur le thème de l’amour, je vais à l’essentiel, en quelques traits et quelques mots. Pour le lancement de ma boutique, j’ai créé mes 2 premières collections d’affiches décoratives.

La collection d’affiches Les éternels est imprimée en séries limitées : ce sont des illustrations poétiques accompagnées d’une calligraphie. Je les personnalise par la couleur choisie par la cliente.

La collection d’affiches Pop Love est inspirée de l’univers de la musique et composée de titres de chansons d’amour iconiques calligraphiés à la main, en français ou en anglais. Chaque affiche est réalisée à l’unité, et est donc unique.
Cette collection vient de s’enrichir d’un coffret Collector de 3 affiches.

Plus récemment, j’ai lancé une collection de cartes postales pour dire Je t’aime ou témoigner son affection tout au long de l’année.

Et bientôt, je proposerai une collection de peintures acrylique pour magnifier la femme ! Ce seront des pièces uniques, très graphiques et hautes en couleur.

Collection de carterie calligraphiée par La Plumographe
Cartes par La Plumographe
Histoire de marque : épisode 1

Histoire de marque #1 : A., hypnothérapeute à Lyon

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique du blog. Dans chaque épisode, je vais te raconter l’histoire d’une marque que j’ai accompagnée dans sa création ou dans son développement. L’objectif : te permettre de mieux comprendre le travail de co-construction que j’accomplis avec mes clientes. Et, j’espère, t’inspirer pour le développement de ta propre marque ! Dans ce premier épisode, je vais te parler de A., hypnothérapeute à Lyon.

A. vient de se reconvertir à l’hypnothérapie et vient d’arriver en région lyonnaise, pour suivre son conjoint. Elle souhaite s’installer comme hypnothérapeute à domicile, car elle n’a pas encore accès à un cabinet. En parallèle, elle souhaite développer une activité en ligne en lien avec l’hypnose. Elle n’a pas encore d’idée très précise de ce qu’elle souhaite offrir de cette manière. A. sait seulement qu’il ne s’agira pas de séances en visio, qu’elle n’apprécie pas vraiment…

A. a choisi d’exercer sous son nom. Elle a créé pour son activité un site, un blog et des comptes de réseaux sociaux. Mais elle se questionne sur sa stratégie de communication. En effet, elle ne cesse de la remettre en question et a du mal à se motiver pour la mettre en œuvre. Elle a besoin d’un regard extérieur sur ses pratiques. Par ailleurs, elle voudrait obtenir des idées et des conseils de communication pour mieux se faire connaître. Nouvelle arrivée dans sa ville, elle n’a pas un réseau très fourni… Elle me contacte début 2020, dans le cadre d’un accompagnement individuel ponctuel.

Le diagnostic de la marque

Principal problème, A. n’a pas suffisamment clarifié son offre et son positionnement de marque. Cela l’empêche donc de définir avec précision les messages qu’elle souhaite faire passer. Mais aussi de savoir À QUI et COMMENT les transmettre. Cela explique sa difficulté à définir et appliquer une stratégie de communication cohérente et consistante dans le temps.

Pendant l’entretien de co-construction, nous prenons le temps d’explorer l’histoire et le parcours de A. Ainsi que les motivations qui l’ont amenée à faire une reconversion et à choisir l’hypnothérapie.

Cela nous permet, petit à petit, de préciser les clients et les types de situations qui l’attirent et pour lesquels elle se sent légitime. Mais aussi d’identifier les compétences et qualités sur lesquelles elle pourra s’appuyer pour développer son activité.

A. souhaite accompagner des femmes plutôt jeunes (cible principale = 23-45 ans, cœur de cible = 23-35 ans), qui rencontrent une problématique de type émotionnelle dans le cadre de leur travail ou de leur vie amoureuse. Ce sont par ailleurs des personnes qui ont envie de changer et ont identifié qu’elles pouvaient changer. 

L’entretien nous permet également de souligner ses compétences, appréciables, en commercial et networking, héritées de son précédent métier. Et de clarifier le mode de communication qu’elle souhaite mettre en place. Une communication qui mette en avant sa personnalité et son authenticité. Elle souhaite surtout éviter le discours “traditionnel” qu’elle a repéré sur de nombreux sites : essentiellement factuel et didactique, portant sur l’hypnose et ses avantages, ainsi que le déroulement des séances…

Ensemble nous explorons cette notion importante : il n’existe pas de règles intangibles en matière de communication, ni de recettes infaillibles. Il s’agit de trouver sa propre voix et les manières de la porter jusqu’à sa communauté. Mais aussi d’ouvrir les espaces où cette communauté pourra s’exprimer et être entendue.

Cela nous amène alors à identifier quelques incohérences dans la construction et les contenus du site actuel, ainsi que dans ses publications sur les réseaux sociaux. En revanche, nos échanges confirment la pertinence pour elle de posséder un blog, pour prendre la parole sur ses valeurs et sa vision du monde.

Le plan d’action défini ensemble

Priorité n°1 pour A. : prolonger la réflexion, initiée pendant l’entretien, sur la définition précise du positionnement. Puis travailler sur sa mise en mots, notamment via la rédaction d’une base-line. Il s’agit d’une phrase courte, résumant son offre et sa spécificité. A. pourra l’utiliser en page d’accueil de son site ou dans sa bio sur les réseaux sociaux.

Dans une seconde étape, il s’agira de faire évoluer les contenus sur les réseaux sociaux (modification de la bio, de la ligne éditoriale…) ainsi que sur le site. Objectif : rendre plus visibles le positionnement de A. mais aussi son parcours et ses valeurs. Et permettre ainsi à sa communauté de mieux la connaître et de la différencier des autres professionnels de son domaine.

Par ailleurs, A. devra penser à diversifier ses canaux de communication. Notamment, identifier des partenaires professionnels à rencontrer, pour leur présenter l’activité. Ceux-ci doivent travailler avec des personnes faisant partie de la cible identifiée par A., de manière complémentaire et non concurrente. Ils seront ainsi susceptibles de la recommander auprès de leur propre réseau ou clientèle. L’organisation d’événements, gratuits ou payants, permettrait également à A. de développer sa visibilité et sa communauté.

Enfin, une recommandation plus marketing pour A. : ne plus repousser la construction de l’offre complémentaire online. Elle constituera également un axe de différenciation pertinent à mettre en avant dans sa communication.

Découvre les formules d'accompagnement à la stratégie de marque

Fixer ses objectifs 2021

Objectifs 2021 : garder l’équilibre

Après le temps du bilan, vient celui des objectifs. Se fixer quelques grandes orientations permet de mieux tenir le cap : essentiel quand les perspectives sont incertaines. Je partage avec toi mes objectifs 2021 et mon intention pour cette nouvelle année.

Merci à toutes : vous avez été nombreuses à m’aider à faire mon bilan entrepreneurial de fin d’année. Il est maintenant temps de passer à l’étape suivante : fixer mes objectifs 2021.

En répondant à mon petit questionnaire de “satisfaction”, vous m’avez aidée à faire le point sur ma stratégie de contenus. Pour commencer, vos retours positifs se sont révélés excellents pour le moral et encourageants !

Par exemple, vous êtes quasiment unanimes à trouver mes contenus tout à fait (environ 60%) ou plutôt (environ 40%) utiles et agréables.

Les thématiques abordées vous paraissent souvent pertinentes pour votre activité et variées. Vous appréciez un contenu clair, efficace, qui va droit au but. Vous jugez l’écriture agréable et vous trouvez ma posture bienveillante (n’en jetez plus ^^).

D’ailleurs, vous êtes 90% à être tout à fait prêtes à me recommander au sein de votre réseau et 60% d’entre vous seraient partantes pour travailler avec moi.

Ces retours positifs sont évidemment très agréables et je vous remercie de cette confiance. Mais vos réponses sont aussi et surtout intéressantes pour les pistes d’amélioration qu’elles suggèrent !

Ainsi, vous n’êtes que 50% à avoir une compréhension totalement claire de mon activité. Par ailleurs, si la quasi-totalité des répondantes me suivent via mon compte Instagram, seule la moitié sont abonnées à ma newsletter…

Aperçu du compte Instragram de Sandrine Franchet

Mes objectifs pour 2021

Je déduis de ces réponses plusieurs nouveaux objectifs pour 2021. Tout d’abord, veiller à communiquer de manière plus claire et complète sur Instagram. Egalement continuer à t’inciter à découvrir ma newsletter (elle est très riche en infos !)

Et inaugurer dans quelques jours une nouvelle rubrique sur ce blog. Intitulée “Histoires de marques”, elle te proposera des “études de cas” (anonymisées) d’accompagnements d’entrepreneuses. L’objectif : te donner une vision plus claire et plus concrète de la manière dont je travaille en co-construction avec mes clientes. Ainsi que des résultats que nous obtenons ensemble.

Parmi les autres ambitions que je nourris pour 2021, j’ai déjà évoqué avec toi le développement des ateliers pour entrepreneuses, en partenariat avec Dessine ta boîte. Ainsi que ma nouvelle formule d’accompagnement individuel, 100% par écrit !

J’ai également des projets côté Entrepreneuses créatives : une nouvelle organisation pour notre atelier phare Organiser des ateliers créatifs. Mais aussi la rédaction d’un tout nouveau guide pratique, dont la publication est prévue pour fin 2021 !

Mon intention 2021 : garder l’équilibre

Ce qui va donc être le véritable défi pour moi, dans l’année qui commence, sera d’arriver à organiser au mieux mon agenda. Concilier de manière harmonieuse mon activité d’accompagnement et de formation à l’entrepreneuriat féminin, et le temps consacré à mon mandat d’élue du 5ème arrondissement de Lyon.

Lorsque j’ai cherché le mot qui pouvait résumer l’intention que je souhaitais formuler pour cette nouvelle année, j’ai d’abord pensé au terme “adaptabilité”. Car dans cette période de flou et d’incertitudes, que se souhaiter de mieux que de s’adapter au mieux à un environnement mouvant ?

Je lui ai finalement préféré celui d’ “équilibre”. S’adapter, c’est savoir faire varier subtilement sa trajectoire, sa posture, sa vision en réaction aux changements, savoir redresser la barre au bon moment, pour ne pas chuter ou ne pas dévier du cap prévu.

Alors mon intention, voire mon défi 2021, cela sera de garder l’équilibre : dans le cadre mon activité, mais aussi dans toutes les dimensions de ma vie.

Et toi, quelle sera ton intention en 2021 ?

Photo by Hannah Skelly on Unsplash

Accompagnement individuel en stratégie de marque : les nouveautés 2021

En 2021, je fais évoluer mon offre d’accompagnement individuel en stratégie de marque. Besoin de clarifier ton positionnement, de formuler ton message de marque ou encore de définir ta stratégie de communication ? Découvre ici comment je peux t’aider !

Ma conviction : construire une marque forte, différente et au discours clair est essentiel pour développer et fidéliser une audience.

Ma mission : aider les (futures) entrepreneuses à clarifier leur discours de marque. Et à mettre en œuvre une communication efficace, pour atteindre leurs objectifs.

Depuis plus de 10 ans, je propose différentes prestations pour répondre aux besoins des entrepreneuses. Elle se répartissent en 2 grande catégories : les ateliers collectifs et les accompagnements individuels.

Du nouveau pour l’accompagnement individuel en stratégie de marque pour 2021

  • Désormais, je propose des ateliers collectifs quasi exclusivement en partenariat avec la structure lyonnaise Dessine ta boîte. Ils sont accessibles en présentiel ET en distanciel pour convenir au plus grand nombre. Le programme complet se trouve dans la rubrique Ateliers du site de Dessine ta boîte. Je les annonce aussi sur ma page Meetup et ma page Facebook.
  • Une nouvelle formule d’accompagnement individuel ponctuel voit le jour : l’accompagnement 100% écrit. Il s’adresse bien sûr à celles qui sont plus à l’aise avec les échanges écrits, qu’en face à face. Mais il présente aussi de nombreux autres avantages : il s’adapte plus facilement à vos contraintes d’organisation, vous permet de “poser” davantage votre réflexion, de garder une trace de tous nos échanges… Et il est aussi plus accessible que l’accompagnement individuel classique : 140€ TTC 🙂
  • Le tarif de l’accompagnement individuel version “classique” va augmenter un peu au 1er février 2021 (il passera de 180€ TTC à 200€ TTC). Si tu envisages cet accompagnement, pense à le commander en janvier, même si tu veux en bénéficier un peu plus tard…
  • En contrepartie, le forfait de l’accompagnement individuel mensuel baisse franchement, puisqu’il passe de 250€ à 200€ TTC. Pourquoi une telle décision ? Pour te permettre de choisir plus facilement ce suivi régulier, qui est vraiment utile au déploiement de ta marque.

Si tu as des questions sur ces différentes formules, que tu souhaites en discuter avec moi avant de faire ton choix, n’hésite pas à me contacter par mail !

Stratégie de marque : accompagnement 100% par écrit
https://www.sandrinefranchet.com/produit/strategie-de-marque-accompagnement-ecrit/

Rétrospective 2020 du blog de Sandrine Franchet

Blog : rétrospective 2020

Comme l’année dernière, je te propose de terminer l’année par une rétrospective de la trentaine d’articles que j’ai publiés sur ce blog en 2020. Une bonne manière de les (re)découvrir 🙂

Portraits et parcours d’entrepreneuses

J’aime partir à la rencontre d’entrepreneuses, les interroger sur leur parcours et leurs projets, puis venir partager tout cela avec toi. Cette année, j’ai eu le plaisir d’accueillir sur ce blog :

Clémence Thieulin, fondatrice du webmagazine Entre les lignes

Aurélie Berger, fondatrice de la marque de patrons pour enfants Rose des vents

Elsa Gauffenic, attachée de presse freelance

Elsa Migot, directrice artistique indépendante, spécialisée en motion design

Laura Peterman, enseignante de Kundalini Yoga

Vic Legrand, fondatrice d’Oupsi, cuisine végétale à Lyon

Nina Orengia, fondatrice de la marque de mode éthique Comme un loup blanc

Laetitia Pafundi, fondatrice de l’agence artistique Mona Craft

Karine Saunier, fondatrice de la marque de kits créatifs Les enfants nomades

Sarah Delorme, fondatrice de la billetterie en ligne Mes ateliers DIY

Sophie-Charlotte Chapman, formatrice et coach pour entrepreneuses

J’ai également interrogé une soixantaine d’entrepreneuses sur la manière dont elles ont vécu le confinement, puis la sortie du confinement, et ce dont elles avaient le plus souffert pendant cette période (spoiler : l’isolement !).

Les résultats de cette enquête sont publiés en 3 épisodes : Episode 1Episode 2Episode 3

Les conseils pour bien entreprendre

Côté conseils aux entrepreneuses, en 2020 je t’ai proposé de :

Passer enfin à l’action pour concrétiser ton projet entrepreneurial

Trouver des pistes pour continuer à gérer et développer ton business pendant le confinement

Découvrir la méthode du co-développement professionnel

Réussir à vivre de ta passion

Définir ou redéfinir ton message de marque

T’accompagner pour (re)penser ta marque

Développer ton réseau professionnel

T’inscrire pour être informée de nos futures masterclass Créer sa marque (le projet n’a pas pu voir le jour en 2020 en raison des confinements mais nous espérons bien le concrétiser en 2021 !

Faire évoluer ta stratégie de communication

Passer au “slow working” avec Diane Ballonad Rolland

Faire le point sur ton business à la rentrée

Faire ton bilan entrepreneurial de fin d’année

Lectures et inspirations

En 2020, dans la rubrique Inspirations, j’ai notamment créé la rubrique “Morceaux Choisis” pour partager avec toi les meilleures citations de mes livres préférés !

L’entrepreneuriat féminin, vecteur d’égalité femmes-hommes ?

Morceaux choisis : Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce, de Corinne Morel-Darleux

Morceaux choisis : Mes bien chères sœurs, de Chloé Delaume

Morceaux choisis : Petit manuel de résistance contemporaine, de Cyril Dion

Petit manuel de résistance contemporaines de Cyril Dion : morceaux choisis
Faire son bilan entrepreneurial de l'année écoulée

Faire son bilan entrepreneurial de fin d’année

Comme à chaque changement d’année, je te propose de prendre un moment pour faire le point sur ton activité entrepreneuriale. Ce bilan entrepreneurial semble d’autant plus important que 2020 nous a toutes bousculées. Et que 2021 s’annonce encore complexe…

Faire son bilan entrepreneurial, ce n’est pas seulement faire un bilan comptable. Même si cette étape est importante ! L’année dernière, j’avais rédigé un long article pour expliquer ma démarche : Faire son bilan business et fixer ses objectifs pour la nouvelle année.

Je te laisse cliquer pour (re)découvrir les différentes étapes de mon bilan entrepreneurial. Ainsi que les fiches gratuites que j’avais créées pour te faciliter la tâche !

En ce qui me concerne, cette démarche d’introspection s’étale sur plusieurs jours. Histoire de laisser le temps aux réflexions de “décanter”…

Dans un premier temps, j’ai commencé par reprendre la liste des objectifs que je m’étais fixés pour 2020. Sans surprise, de nombreux n’ont pas été atteints :/.

Côté pro, je n’ai pas pu organiser tous les ateliers et événements que je souhaitais. Je n’ai pas non plus écrit le nouveau guide que nous avions prévu avec Sophie-Charlotte. Mais, a priori, ce n’est que partie remise : stay tuned ^^

En revanche, je suis bien devenue associée de ma coopérative d’activités 🙂 . Et, contre toute attente, j’ai ajouté une nouvelle corde à mon arc comme élue dans mon arrondissement lyonnais.

Autre satisfaction : l’annulation des ateliers présentiels m’a encouragée à proposer de nouveaux formats d’accompagnement online.

Côté perso, le confinement a impacté ma pratique du yoga (notamment les stages et le séjour en ashram que j’avais prévus) … Mais ce dernier m’a aussi aidée à mieux le traverser ! Parallèlement, j’ai vraiment pris conscience (en creux) de l’importance des relations amicales et des moments de convivialité pour mon bien-être.

Bref, malgré les difficultés rencontrées, je porte un regard plutôt positif sur l’année écoulée.

Faire son bilan entrepreneurial de fin d'année
J’ai besoin de ton aide : clique pour répondre à mon court questionnaire 😉

Un bilan qualitatif et quantitatif !

Voici donc pour la première partie qualitative de mon bilan. Dans un second temps, il a fallu évaluer mes résultats chiffrés.

Cela s’est fait dans le cadre d’un rendez-vous avec ma chargée d’accompagnement pour faire ma “clôture comptable”. C’est à dire regarder ensemble le CA et le résultat de l’année, puis en tirer des conclusions.

Pour ma part, j’ai sans surprise fini mon année avec un chiffre d’affaires en baisse par rapport à 2020. Mais avec le résultat est resté positif, ouf ! Vive la baisse des frais de déplacement : télétravail et visio ont aussi des avantages…

J’ai toutefois décidé de diminuer un peu mon salaire mensuel en 2021. Histoire de mieux “voir venir” cette année, dont j’ai un peu de mal à anticiper les conséquences sur mon activité…

Recueillir tes impressions et retours sur ma communication

Attention : pour la dernière dernière partie de mon bilan, j’ai besoin de toi !

En effet, la fin d’année est aussi le moment idéal recueillir les impressions de tes clients et/ou de ta communauté. Par exemple en faisant circuler un questionnaire de satisfaction. Le mien, très court, porte essentiellement sur ma présence en ligne et la clarté de ma communication.

L’objectif : savoir si les contenus que je publie sont utiles, agréables et te permettent de comprendre comment je peux t’aider dans ton business.

Si tu me suis via l’un de ces supports, je te serais vivement reconnaissante de prendre 5 minutes de ton temps pour répondre à cette dizaine de questions.

Et si tu me laisses ton adresse mail, tu recevras en plus une petite surprise en début d’année ! Merci d’avance pour ton aide 🙂

Valoriser son expérience entrepreneuriale avec Sophie-Charlotte Chapman

Comment valoriser son expérience entrepreneuriale auprès d’un recruteur ? Sophie-Charlotte Chapman, formatrice et coach, propose un nouvel atelier pour les entrepreneuses qui veulent reprendre une activité salariée.

Retourner au salariat après avoir créé son entreprise, c’est une étape fréquente ! Cela risque de l’être encore davantage en 2021, tant la crise du Covid est éprouvante pour les indépendants.

Bonne nouvelle : ma complice de toujours, Sophie-Charlotte Chapman, lance “Après l’entrepreneuriat”. Cette nouvelle formation en ligne s’adresse justement aux entrepreneuses qui souhaitent valoriser leur expérience entrepreneuriale. Dans l’objectif de préparer au mieux leur recherche d’un job salarié.

J’ai pensé que c’était l’occasion de lui donner une nouvelle fois la parole sur ce blog (surtout que la dernière fois date de 2017 !!). Sophie-Charlotte nous raconte pourquoi elle s’est intéressée au parcours des entrepreneuses qui veulent intégrer un job salarié/ Et en quoi son nouveau programme de formation peut les y aider.

Valoriser son expérience entrepreneuriale pour mieux rebondir
Découvrez le workshop “Après l’entrepreneuriat” dans la boutique de Sophie-Charlotte Chapman

Comment as-tu l’idée de t’intéresser à l’après-entrepreneuriat ?

L’année 2020 a été remplie d’épreuves personnelles pour ma part. Perdre son mari quand on n’a même pas 40 ans, cela remet beaucoup de choses en question. A commencer par l’organisation familiale. Disons les choses comme elles le sont : d’un point de vue matériel, mon mari était le moteur financier de notre couple. Sa disparition entraîne donc de lourdes conséquences pour mes enfants et moi.

Le confinement a été instauré un mois seulement après son décès. Il a eu l’avantage de me donner un peu de temps pour réfléchir à la suite. La réflexion s’est vite traduite en action : il fallait décrocher des missions de formation pour la rentrée de septembre. Mes recherches ont rapidement été fructueuses. Après un appel à l’aide sur Linkedin, mon CV a été partagé plus de 200 fois et les propositions n’ont pas tardé à arriver.

Je travaille aujourd’hui à temps quasiment plein dans la formation d’étudiants en alternance dans le tertiaire (filière commerce principalement). Un métier que j’affectionne particulièrement et qui me le rend bien humainement.

Je suis consciente que ma situation n’est pas singulière, même si cette année j’ai cumulé les péripéties. La crise sanitaire a malheureusement touché bon nombre d’entrepreneuses créatives, dont l’activité a été réduite à peau de chagrin. L’annulation d’événements (mariages, baptêmes, communions, ateliers créatifs et marchés de créateurs….) est un vrai coup du pour notre milieu. J’ai alors fait le parallèle avec ma situation. Si j’étais capable de rebondir rapidement, et de valoriser mon expérience entrepreneuriale de près de 10 ans, alors d’autres peuvent le faire. Il suffit juste de les y aider.

A qui s’adresse l’atelier “Après l’entrepreneuriat” et quel est son objectif ?

Cet atelier s’adresse à des entrepreneuses, qui comme moi, ont besoin ou envie de reprendre une activité salariée. Quelle qu’en soit la raison. Parmi celles que j’ai pu identifier, il y a le fait de se retrouver maman solo (dans le cas de divorce ou de séparation…). Il y a aussi la solitude de la femme entrepreneuse qui leur pèse. Ou encore l’autonomie et le départ de leurs enfants de la maison, la peur de l’avenir, l’envie de faire autre chose, l’impression d’avoir fait le tour de leur activité, l’ennui ou encore la fatigue…

Je pense qu’il y a un temps pour tout : quand ce n’est plus l’heure, il faut savoir s’écouter et passer à autre chose. Mais cela ne signifie pas forcément tout plaquer : l’activité entrepreneuriale peut rester ouverte mais devenir annexe ou complémentaire. Quand on a déjà lancé sa marque, que les fondements et les bases sont solides, il sera plus facile de cumuler une activité indépendante et une activité salariée. Il sera bien entendu bon d’équilibrer ce nouveau tandem car il ne s’agira pas de tout vouloir faire à 200% !

L’objectif de cet atelier est de proposer un temps d’introspection personnelle et professionnelle, aux allures de bilan de compétences. D’une durée de 2 heures, ce workshop est la première étape vers un nouvel horizon.

Les entrepreneuses créatives n’ont pas toujours conscience de tout ce qu’elles ont gagné en créant leur entreprise, leur marque et leurs produits. Elles ont pourtant touché à beaucoup de domaines : web, communication, gestion, vente…. Elles ont développé des compétences et des connaissances en s’auto-formant, en pratiquant, en expérimentant. Il s’agit de valoriser cette expérience entrepreneuriale.

Ce workshop leur permet de mettre des mots sur tout ce qu’elles savent déjà faire et être, dans le but de postuler en toute confiance à des offres d’emploi.

Valoriser son expérience entrepreneuriale avec Sophie-Charlotte Chapman
Sophie-Charlotte Chapman est formatrice et coach d’entrepreneuses

Comment se déroule cet atelier, quel est le programme ?

Ce workshop se déroule en ligne sur Zoom donc à distance. Il y a cependant une première partie de préparation individuelle. J’envoie 48h avant le jour J un test de personnalité en ligne, qui permet à chaque participante de se situer.

Le jour J, les participantes sont d’abord amenées à se présenter. Le support affiché en partage d’écran les guide, au travers de plusieurs exercices, pour réaliser ce travail d’introspection.

L’une des nouveautés de ce workshop sont les séquences de travail en peer-to-peer. Les participantes échangent en binôme sur leurs expériences. Parler de son parcours à une autre entrepreneuse permet de réaliser combien le chemin parcouru a été important et formateur.

Début décembre, j’ai testé ce nouveau format d’atelier auprès de 6 volontaires qui souhaitaient reprendre une activité en 2021. Le workshop a eu lieu en soirée, de 21h à 23h un lundi soir. Un créneau en soirée était plus facile à caler pour tout le monde mais cela implique une fatigue non négligeable à prendre en compte pour les participantes comme pour moi.

L’atelier a répondu à leurs attentes, mais certaines auraient souhaité aller encore plus loin dans la démarche. Ce qui n’est malheureusement pas possible sur une durée de 2 heures. Pour éviter les frustrations à l’avenir, j’ai retravaillé la fiche produit, en insistant sur le fait qu’il s’agit d’une première étape d’introspection.

Quand les prochaines sessions auront-elles lieu ?

La fiche produit est déjà en ligne sur mon site mais je souhaite vraiment proposer ce workshop au premier trimestre 2021. Les débuts d’année sont en effet très propices aux grandes décisions, aux résolutions et aux changements que l’on souhaite amorcer dans sa vie personnelle comme professionnelle.

Faire le point en janvier est selon moi une bonne façon d’attaquer la nouvelle année qui s’annonce. Nous sortons en plus d’une année malheureusement mémorable même si nous préférerions tous pouvoir l’effacer. Je pense aussi que 2020 aura été pour beaucoup l’année de trop ou l’année du pas assez, le déclic ou l’élément déclencheur vers de nouveaux horizons. Mais les changements ne s’opèrent pas toujours tout seul, on peut avoir besoin d’aide et de réflexion avant d’entamer ce virage.

PS : à ce propos, si vous souhaitez profiter de ce début d’année pour poser les bases de votre activité en 2021, nous vous recommandons de rejoindre notre challenge instagram #monbusiness2021 !

Participez au challenge Instagram #monbusiness2021
formation-organiser-des-ateliers-creatifs

Formation “Organiser des ateliers créatifs” en janvier 2021

Chaque début d’année, c’est le retour de notre programme de formation phare “Organiser des ateliers créatifs”. Avec Sophie-Charlotte, ma complice des Entrepreneuses créatives, nous te proposons d’apprendre à construire, vendre et animer tes propres ateliers DIY.

Tu possèdes un talent créatif ou un savoir-faire technique et tu souhaite le transmettre ? Qu’il s’agisse d’ateliers DIY en présentiel ou (distanciation oblige) de cours en ligne, organiser des ateliers créatifs ne s’improvise pas !

Depuis 2014, Sophie-Charlotte et moi-même accompagnons des créatrices et artisanes qui veulent animer leurs propres ateliers créatifs. Nous avons même écrit le guide “Organiser des ateliers créatifs” aux éditions Eyrolles.

Tu veux concrétiser ton projet ou à développer ton activité d’ateliers DIY ? Nous te proposons de rejoindre notre nouvelle session de formation “Organiser des ateliers créatifs”. Elle se déroulera à distance du 14 au 21 janvier 2021.

Cette année, nous inaugurons une nouvelle formule, plus interactive !

  • Le programme commencera le 14 janvier à 14h par une séance en visio (sur Zoom) pour te présenter chacun des 3 modules de la formation. Pour chaque module, tu auras une partie de notre guide Organiser des ateliers créatifs à lire ou relire. Puis des exercices pratiques à réaliser.
  • Du 14 au 21 janvier, tu travailleras en autonomie et à ton rythme sur ces 3 modules. Tu ne seras pas seule, car tu auras accès à un groupe privé sur Facebook. Dans cet espace, tu pourras échanger avec nous et les autres participantes, poser tes questions etc. Tu partageras également tes exercices sur ce groupe Facebook.
  • Le 21 janvier après-midi, nous nous retrouverons sur Zoom pour débriefer sur les contributions. D’abord par petits groupes, puis toutes ensemble pour conclure la formation.

Attention : pour pouvoir participer à la formation, tu dois te procurer notre guide si tu ne l’as pas encore.

Pense également à t’inscrire avant la fin de l’année 2020 pour bénéficier du tarif préférentiel !

8/12/20 : Atelier lancer ou relancer son blog

Rendez-vous ce mardi 8 décembre 2020 pour l’atelier “Lancer ou relancer son blog”, à suivre chez Pause création à Lyon ou à distance.

Au programme de cet atelier de 2 heures :

  • Pourquoi lancer ou relancer son blog ?
  • Quels outils utiliser ?
  • Quelle stratégie éditoriale mettre en place ?
  • Quelles bonnes pratiques adopter pour ne pas le laisser tomber ?
  • Quels plan d’action définir pour enfin lancer ou relancer son blog ?

Même s’il est aujourd’hui “ancien”, le blog reste un outil de communication pertinent, en particulier pour te positionner comme experte dans ton domaine et pour soigner ton référencement. Je te renvoie à cet article, qui est toujours d’actualité : Faut-il encore bloguer ?

Si tu as prévu de lancer ou relancer ton blog en 2021, il est encore temps de t’inscrire pour cet atelier sur le site de Dessine ta boîte. Tu pourras y assister soit en présentiel, chez Pause création à Lyon, soit à distance, en visio !

Webinaires et ateliers pour entrepreneuses

Je profite par ailleurs de ce post pour t’informer que je continue plus que jamais ma belle collaboration avec Priscilla, la fondatrice de Pause création et Dessine ta boîte, à Lyon.

Le 1er décembre dernier, avec toute l’équipe de Dessine ta boîte, nous avons inauguré un nouveau format d’échange : un webinaire zoom pour répondre aux questions et préoccupations des entrepreneuses participantes. Tu peux visionner le replay ici.

Et si tu veux être informée des prochaines éditions, n’hésite pas à liker la page de Dessine ta boîte.

Nous sommes par ailleurs en train de définir le programme 2021 des ateliers pour entrepreneuses. Si tu as des questions relatives à ta communication, des domaines que tu souhaiterais approfondir pour améliorer ta visibilité, c’est le moment de m’en parler en commentaire !