Communiquer sans réseaux sociaux : le témoignage de Morgane Sifantus

Communiquer sans réseaux sociaux : le témoignage de Morgane Sifantus

Se faire connaître sans communiquer sur les réseaux sociaux, quel défi ! Pour la deuxième édition de la Pause visio entrepreneuses, je recevais Morgane Sifantus. L’entrepreneuse lyonnaise nous a expliqué comment elle met en œuvre une communication alignée avec sa personnalité, sensible et originale.

Le 20 mai dernier, pour la deuxième édition de la Pause visio entrepreneuses, nous étions une bonne vingtaine d’entrepreneuses réunies pour écouter le témoignage de Morgane Sifantus (alias Canard à l’orange, écriture et identité de marque). Au programme, communiquer sans les réseaux sociaux et opter pour une communication alignée avec sa personnalité.

Morgane est une entrepreneuse lyonnaise qui exerce (et que je connais) depuis 10 ans. Elle m’a toujours fascinée par sa manière personnelle et originale d’entreprendre et de communiquer. En particulier, elle a décidé voici quelques années de quitter quasi complètement les réseaux sociaux. Ce qui ne l’empêche pas, bien sûr, d’avoir des clients !

J’ai eu envie qu’elle vienne partager son expérience. Et nous montrer qu’on peut communiquer efficacement sans faire “comme tout le monde”, et en alignant sa communication sur sa personnalité.

Communiquer sans réseaux sociaux : le témoignage de Morgane Sifantus, entrepreneuse lyonnaise

Une entrepreneuse… aussi un peu sorcière !

“J’ai changé de vie professionnelle en 2011. Je suis devenue entrepreneuse sans rien connaître de l’entrepreneuriat”. Ingénieure en horticulture avec une double formation en journalisme de presse écrite, Morgane a d’abord exercé comme écrivaine publique puis comme rédactrice web. Aujourd’hui elle travaille toujours autour de l’écriture : elle accompagne des personnes qui veulent écrire mais aussi des personnes qui veulent travailler sur leur identité au sens large, dans le domaine professionnel ou la vie personnelle.

“Mon offre est très variable, explique-t-elle : elle change au gré de mes envies !” Actuellement, elle anime un atelier d’écriture (Manuscrit), ciblé sur l’écriture d’un livre. Elle propose aussi du coaching individuel pour les personnes qui souhaitent écrire un livre. Morgane intervient aussi sur la recherche de nom de marque ou la définition d’un univers identitaire.

“J’ai également des offres plus en lien avec la “sorcellerie” : en ce moment, par exemple, j’ai créé la Bulle. Une session d’1h ensemble au Parc de la tête d’or à Lyon, ou en visio pour celles qui sont loin. Pendant cette heure, j’utilise les tirages de cartes ou d’autres outils intuitifs pour répondre aux questionnements de ma cliente. J’ai également une offre intitulée L’Antre de la Sorcière, dont je ne peux pas parler parce qu’elle est secrète !”

Depuis qu’elle est petite, Morgane est intriguée par son nom, qui l’amène à s’intéresser à la magie. C’est après quelques années d’entrepreneuriat, lorsqu’elle n’a plus eu de doutes sur le fait qu’elle était bien “une entrepreneuse”, qu’elle a commencer à explorer les cartes. Son nom, Canard à l’Orange, fait aussi référence à un symbole celtique : “C’est l’animal qui relie le monde physique aux forces spirituelles. J’ai adopté ce nom au moment où j’ai décidé d’assumer mon côté sorcière. Je voulais un nom un peu mystérieux, qui pose question…”

Communiquer sans réseaux sociaux : le choix de la newsletter.

Des choix de communication instinctifs

Lorsqu’elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat, sous le nom Mo’ pour Mots, Morgane a tout de suite ouvert un blog. De manière très spontanée, sans y connaître grand chose. Juste après, elle s’inscrit sur Facebook. Cela lui permet de développer ses premiers contacts. Elle utilise également, de manière sporadique, une newsletter.

Puis, voici environ 4 ans, Morgane fait volte-face. “J’ai brusquement été saoulée : j’ai tout fermé ! J’ai alors eu envie de développer ma newsletter et un peu Instagram”. Avec le recul, je m’aperçois que mes choix en matière de communication sont assez instinctifs. Un autre jour, j’en ai eu marre de ne pas pouvoir faire de distinction, dans ma communication, entre les personnes qui étaient déjà mes clientes et celles qui ne l’étaient pas encore”. C’est comme cela qu’elle lance une deuxième newsletter : Clandestine. Puis elle finit par arrêter sa newsletter “publique” pour se concentrer sur Clandestine.

“J’ai proposé des “marathons d’écriture”, pendant lesquels j’écrivais chaque jour ! Cela a eu beaucoup d’impact sur mes clientes, même si bien sûr certaines se sont désabonnées, et c’était très créatif.” Quant à Instagram, c’est un peu “je t’aime moi non plus”. Régulièrement, Morgane s’en éloigne quand elle voit qu’elle passe trop de temps à regarder ce que font les autres. Sa newsletter, c’est son vrai espace de liberté. D’ailleurs, elle a fini par réouvrir Clandestine à une communauté plus large.

Communiquer sans réseaux sociaux : c’est possible !

“Si je suis encore là, après 10 ans d’entrepreneuriat, affirme Morgane, c’est que ma manière de faire fonctionne ! Mais au départ, je ne me suis pas dit “je vais mettre en place une communication différente”. C’est surtout que je ne peux pas faire quelque chose qui ne me convient pas.”

Bien sûr, explique-t-elle, elle a parfois des peurs liées au fait qu’elle se coupe de certains outils de communication. Mais ces peurs sont largement compensées par la satisfactions de faire différemment, en étant elle-même. “Je vois tellement de personnes qui s’empêchent d’afficher leurs particularités. Alors que la plupart d’entre nous n’a pas grand chose à perdre, surtout lorsque que l’on lance son activité !”. Pour Morgane, qui vient de l’agriculture, la communication est comme un potager : on fait des tests, on plante et on voit ce qui “donne”.

Aujourd’hui, la plupart des personnes avec lesquelles Morgane travaille viennent à elle précisément pour ce qu’elle est. Et celles qui ne sont pas dans ce cas ne restent pas très longtemps… “Je suis paresseuse, nous dit-elle : je n’ai pas de temps et d’énergie à perdre pour être une autre que moi. Les personnes qui viennent à moi sont dans la même énergie.”

Echanges d’expériences d’entrepreneuses

L’intervention de Morgane lors de cette Pause visio entrepreneuses a bien évidemment inspiré de nombreuses questions et partages d’expériences.

Par exemple, Emilie s’interroge : “Peut-on créer une identité de marque qui soit différente de l’identité de la personne qui crée la marque ?”. Pour Morgane, bien sûr c’est possible. Mais il est important d’avoir un socle de valeurs communes. La personne qui crée la marque met forcément une partie de son ADN dans sa marque. “Une marque, c’est comme comme un enfant : il existe un lien génétique et émotionnel fort, mais ce sont deux personnes différentes. L’essentiel est d’assumer les deux”. La marque, complète-t-elle, est aussi comme un livre. Il nous échappe une fois écrit. Il n’appartient plus seulement à son auteur, mais à chaque personne qui se l’approprie.

Soizic, quant à elle, témoigne. Elle travaille comme consultante indépendante, jusqu’à présent sous son propre nom. Sa marque s’est en grande partie construite sur ce qu’elle est. “Aujourd’hui, je me développe, je ressens le besoin de créer mon nom commercial. Avoir un nom de marque va me permettre de créer une nouvelle entité, de laisser la porte ouverte pour d’autres personnes et d’autre idées…”

Marilyne, enfin, est sophrologue. “Pendant ma première année d’activité, j’ai été bonne élève sur les réseaux sociaux, même si cela allait à l’encontre de ce que j’aimais. Aujourd’hui je me sens prisonnière des algorithmes. J’ai envie de créer une newsletter mais comment va-t-on me trouver ?”

Réponse de Morgane : “Même en dehors des réseaux sociaux, tu existes quand même !”. Il n’y a en effet rien de pire que de se forcer à être présent sur les réseaux sociaux quand on n’aime pas ça. On s’y ennuie et on dégage une mauvaise énergie.

Morgane propose de raisonner, pour sa communication, en termes de cercles. Notre premier cercle est formé par les proches. Les pairs et partenaires constituent notre deuxième cercle. Enfin, les clients et la communauté appartiennent à notre troisième cercle. Et au sein de ces cercles, chaque personne a elle-même ses propres cercles.

Comment encourager toutes les personnes qui se trouvent dans nos différents cercles à parler de notre activité auprès de leurs contacts ? Morgane prend l’exemple d’un client, venu la voir pour être aidé à créer un blog. En réalité, ce qu’il aimait vraiment faire, c’était partager une bière avec ses clients. Morgane l’a alors encouragé à aller chaque semaine boire une bière avec un client ou prospect !

“La principale question à se poser est : si je n’avais pas de problématique d’argent, qu’est-ce que j’aurais envie de faire ? Il existe d’innombrables manières de parler de son activité et de se faire connaître. Les réseaux sociaux n’en sont qu’une, et ils sont très tournés vers le quantitatif plutôt que le qualitatif. Pourquoi dépenser de l’énergie pour un algorithme qui n’en a rien à faire de nous ?”

Envie d’assister à la prochaine Pause visio entrepreneuses ? Il te suffit de remplir ce questionnaire.


Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites
Rejoins le Club des entrepreneuses inspirées : newsletter et ressources gratuites

6 réflexions sur « Communiquer sans réseaux sociaux : le témoignage de Morgane Sifantus »

    1. Sandrine Franchet Auteur de l’article

      Merci pour ta lecture Marie-Thérèse… Il me parle aussi 🙂 Pour l’instant, je ne suis pas encore prête à les quitter complètement, mais j’essaie d’en avoir une utilisation raisonnée et surtout de les utiliser à ma façon sans (trop) céder aux modes et injonctions du moment ^^

      Répondre
  1. FERRERO

    Merci pour ce compte-rendu Sandrine, j’avais manqué cette “pause” et je suis ravie de pouvoir te lire et de connaître le point de vue de Morgane. Bravo à elle de réussir à développer son business loin des réseaux sociaux !

    Répondre
  2. CECILE CHAREYRON

    Très intéressant! Une vision différente de notre rencontre d’aujourd’hui (1er juillet 2021). Je retiens qu’il est important de trouver sa propre façon de communiquer qui correspond à ce que l’on est…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *