morceaux choisis de l'ouvrage Mes bien chères sœurs de Chloé Delaume

Morceaux choisis : Mes bien chères sœurs

L’autrice Chloé Delaume analyse l’après-Me Too et la quatrième vague du féminisme. Elle nous offre avec Mes bien chères sœurs un court manifeste incisif, et surtout une ode à la sororité.

“Le patriarcat bande mou. Quelque chose est pourri au royaume de la flaque, les indices et les symptômes croissent et se multiplient. A se regarder jouir de son impunité, le mâle alpha n’a pas vu surgir l’obsolescence de ses propres attributs et fonctions symboliques” (p.9)

“Abois, effondrements. Certains y voient une traque. Déplorent que désormais, au bureau, niveau ambiance, avec ces hystériques on ne peut plus faire une vanne, c’est pas la fête du slip. Certainement, c’est une traque.” (p.12)

“L’extinction de l’espèce, avec elle un système, croyances et traditions. Le post-patriarcat n’est pas une utopie, et à l’ère numérique les espaces se multiplient comme le temps s’accélère. Les faits s’accompliront, mois à mois, décennies. L’autorité, déjà, comme la honte, change de camp.” (p.21)

“La quatrième vague féministe est violette, c’est une colère de suffragettes. Majorité visible jusqu’ici silencieuse ; le sexisme ordinaire : une lutte de chaque instant. Elle utilise les technologies numériques et les réseaux sociaux comme outils et comme armes”. (p.66)

“La parole libérée circule. Visibles et solidaires, des milliers de lèvres s’entrouvrent, un roulis de gerçures, le silence amputé, la gangrène se dévoile et partout se répand l’évidence d’en finir avec les traditions du Monde selon Priape”. (p.69)

“Quel que soit le parcours des amies inconnues : c’est la sororité leur lien, l’état premier de leurs rapports. Le retour au gynécée”. (p.71)

“La révolution numérique a apporté aux femmes des outils et réflexes qui les rendent solidaires, conscientes qu’elles forment un nous. (…) Être perçue comme femme et être traitée comme telle : c’est cela que nous partageons. Et ce nous n’est pas seul”. (p.73)

“La sororité est le mot-clé, la fin des rapports verticaux, se penser sœurs modifie tout. (…) Par la sororité, rien ne sera épargné car les femmes vivent partout, résolues et nombreuses, dangereuses puisque unies.” (p.77)

“Sororité : communauté de femmes ayant une relation, des liens, qualité, état de sœur. L’important c’est de comprendre qu’en oubliant que ce mot existe, les femmes ont perdu le concept avec, de même pour les hommes qui les regardaient. Sororité ça voulait dire : les femmes deviennent une caste, une classe. Plus dangereux que le communisme à l’échelle internationale, un incendie dans chaque foyer.” (p.85)

“Le terme sororité implique l’horizontal, ce n’est pas un décalque du patriarcat. L’état de sœur neutralise l’idée de domination, de hiérarchie, de pyramide. La qualité de sœurs, expériences, âges multiples, le cercle est de paroles qui s’écoutent en égales. Différentes mais égales”. (p.92-93)

“Nous vivons dans une société pensée par et pour les hommes. Rapportées à la population, les femmes en représentent pourtant un peu plus de la moitié. Une moitié plus précaire, soit. Mais aujourd’hui non asservie, suffisamment indépendante, autonome, plus que nos aînées. La première vague a fait les lois, la deuxième a libéré nos ventres, la troisième a tué grand-papa, la quatrième s’attaque aux mœurs, aux us et coutumes”. (p.109)

“La sororisation, c’est l’acte de sororiser, sororiser c’est rendre sœurs. C’est créer, par la qualité des liens, une relation qui amène à l’état de communauté féministe”. (p.111)

“La sororité est une attitude. Ne jamais nuire volontairement à une femme. Ne jamais critiquer publiquement une femme, ne jamais provoquer le mépris envers une femme. La sororité est incluante, sans hiérarchie ni droit d’aînesse. Cercle protecteur, horizontal”. (p.114)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *