L’entrepreneuriat féminin, un vecteur d’égalité entre les femmes et les hommes?

Le 8 mars dernier, j’étais invitée à participer à une table-ronde intitulée “Liberté conditionnelle”, à l’occasion de l’événement The Time is Now organisé par la marque engagée Leonor Roversi. L’occasion d’aborder les spécificités de l’entrepreneuriat au féminin et de la réponse qu’il représente aux inégalités professionnelles.

Lors de cette table ronde, qui réunissait Ingrid, photographe sous le nom de Joz’ ma vie, Laurine, blogueuse sous le nom de Thegirlnextdoorblog, et moi-même, nous avons répondu aux questions de Laetitia, fondatrice de l’agence artistique Monacraft.

Nous avons abordé de nombreux aspects des inégalités persistantes entre les femmes et les hommes, que ce soit dans l’éducation, dans l’occupation de l’espace public, dans les couples et les familles, dans la politique et bien sûr dans l’environnement professionnel. Je te livre ci-dessous les réponses que j’avais préparées aux questions que m’a posées Laetitia, qui portaient plus particulièrement sur le phénomène de l’entrepreneuriat féminin.

Sandrine, tu accompagnes des femmes entrepreneuses ? Est-ce que tu vois une différence entre l’entrepreneuriat masculin et féminin ? Pourquoi genrer l’entrepreneuriat ?

On observe en effet d’importantes différences entre l’entrepreneuriat au masculin et l’entrepreneuriat au féminin.

Attention, elles ne sont pas liées au fait d’être porteur de chromosomes XX ou XY! Mais plutôt aux conditionnements que Laurine évoquait juste avant: dans une société patriarcale comme la nôtre, filles et garçons puis hommes et femmes ne vivent pas tout à fait dans la même société. Ils ne sont pas élevés tout à fait de la même manière, n’ont pas les mêmes modèles, ne doivent pas se conformer aux mêmes attentes dans la famille, à l’école, dans l’entreprise…

Voici quelques temps, mon article sur l’entrepreneuriat féminin intitulé “Les femmes ne sont pas des entrepreneuses comme les autres” faisait le point sur quelques chiffres et phénomènes clés.

Il y a tout d’abord une sous-représentation des femmes dans l’entrepreneuriat: les femmes ne représentent que 30% des créations d’entreprises et environ 30% des entrepreneurs. Ces chiffres ont tendance à stagner depuis plusieurs années, pourtant 70% des femmes pensent que l’entrepreneuriat est plus épanouissant que le salariat. Par ailleurs, 57% des entrepreneurs ont des enfants mais seuls 18% des entrepreneurs sont des mères.

Autre constat, les femmes se concentrent dans certains secteurs d’activité: le “care”, le commerce, la communication, la restauration. Elles sont beaucoup moins présentes dans l’industrie, les technologies… Par ailleurs, leurs projets plus modestes: elles entreprennent plus souvent seules, font moins financer leurs projets, aussi bien parce qu’elles demandent moins de financement et qu’elles en obtiennent moins. Résultats, la majorité d’entre elles (80%) ne vivent pas de leur projet entrepreneurial.

Enfin, dernier point: elles n’entreprennent pas pour les mêmes raisons. La liberté, la souplesse, le sens, la volonté de changer le monde… sont leurs principales motivations. Elles sont seulement 11% à déclarer entreprendre pour gagner plus d’argent (et sont, en plus, mal vues si elles déclarent vouloir faire de l’argent avec leur entreprise).

Pour toutes ces raisons, il me paraît utile de proposer des dispositifs d’accompagnement spécifiques aux femmes entrepreneuses.

Sandrine, lors de nos échanges pour préparer cette table ronde, tu as évoqué la question des violences faites aux femmes qui, pour toi, est un sujet essentiel. Pourquoi, selon toi, est-il urgent de témoigner, de sensibiliser et d’accompagner sur cette question ?

Il est urgent de le faire car c’est un phénomène massif, qui touche énormément de femmes: il suffit de voir le nombre de partages sur les réseaux sociaux sur les hashtags #metoo, #balancetonporc et plus récemment #jesuisunevictime, suite à la cérémonie des Césars.

Récemment, une enquête menée par le mouvement NousToutes sur le consentement, à laquelle 100 000 personnes ont répondu, a débouche sur le chiffre de 81,2% des répondantes rapportant des faits de violences psychologiques, physiques ou sexuelles au cours de rapports sexuels avec un ou plusieurs partenaires. Et je crois que nous pouvons toutes trouver dans notre histoire personnelle et/ou celles de nos proches (mères, soeurs, amies, filles…) des situations de violences sexistes, ponctuelles ou continues.

C’est aussi un phénomène multiforme: on parle de “continuum des violences”: cela va du harcèlement de rue, des blagues ou remarques sexistes, du harcèlement sexuel au travail, des violences psychologiques dans le couple, des rapports sexuels sous pression (exprimée ou intégrée), aux agressions sexuelles, viols et tentatives de viols…

Mais c’est aussi un phénomène largement minimisé, voire ignoré, y compris de la part de femmes qui subissent ces violences. Je partage avec vous le témoignage d’une amie, qui avait été dans une relation toxique avec un homme qui la rabaissait sans cesse: lorsque j’avais évoqué avec elle les “violences psychologiques” dont elle avait été victimes, elle avait refusé avec force ce terme, qui pour elle la renvoyait à une situation de victime.

Pour terminer, on sous-estime les conséquences globales en terme de santé physique et psychologique de ces violences. Elles engendrent des blessures et traumatismes qui peuvent largement se répercuter dans toutes les sphères de la vie. Comment une femme peut-elle vivre et s’épanouir “normalement” quand elle vit ou a vécu des situations de violence? Comment peut-elle s’en sortir, se reconstruire?

Ce sont des questions essentielles car elles ont un lien avec les autres formes d’inégalités: par exemple, comment aider une femme qui manque de manque de confiance en elle dans le cadre de l’entrepreneuriat ou de la vie professionnelle, si l’on ne sait pas que celle-ci a subi des violences ou se trouve actuellement dans une relation toxique?

Sandrine, pour toi l’entrepreneuriat permet aussi aux femmes qui se lancent dans l’aventure de retrouver une certaine liberté, de reprendre une forme de pouvoir. Peux-tu nous en dire plus ?

Comme je le disais plutôt, la principale raison de se lancer dans l’entrepreneuriat pour les femmes est la recherche de liberté et de souplesse d’organisation, qu’elles ne trouvent pas forcément en tant que salariées..

De nombreuses femmes que j’accompagne sont en reconversion. Elles quittent le salariat soit parce qu’elles sont en burn-out, parce qu’elles travaillent dans une entreprise dont l’activité ou le mode de management sont en contradiction avec leurs valeurs et conviction, parce que l’organisation et les horaires ne sont pas compatibles avec leur rôle, encore prépondérant, au foyer et auprès des enfants, parce qu’elles se rendent compte qu’elles ne sont pas heureuses même si elles ont coché toutes les cases (bonnes études, CDI, mariage, enfant, maison…) ou encore parce qu’elles se heurtent au plafond de verre (on leur préfère leurs collègues hommes pour grimper dans la hiérarchie et la grille des salaires).

L’entrepreneuriat peut en effet constituer une réponse à toutes ces attentes d’indépendance et de sens, mais les femmes doivent être conscientes que ce n’est pas une solution miraculeuse. Il faut tout particulièrement faire attention aux pièges qu’il recèle: le risque du burn-out entrepreneurial, le manque d’indépendance financière, notamment les premières années d’activité, ou encore l’inégale répartition des tâches domestiques dans le couple, notamment lorsque l’on choisit de travailler à domicile.

Pour terminer, comment peut-on agir pour aller vers plus d’égalité ?

Pour commencer, que l’on soit homme ou femme, on peut s’éduquer pour comprendre comment fonctionne la société patriarcal et les inégalités qu’elle engendre: on peut lire, notamment l’essai King Kong Théorie de Virginie Despentes, écouter des podcast comme Les couilles sur la table de Victoire Tuaillon, ou encore suivre des comptes féministes sur Instagram etc.

Ensuite, on peut sensibiliser son entourage, et notamment éduquer ses enfants, à être conscients des inégalités et des préjugés et à déconstruire les conditionnements qui les font naître.

On peut enfin s’engager, qu’il s’agisse de participer aux marches féministes du 8 mars et du 24 novembre, de participer ou contribuer à des associations qui agissent pour les femmes ou encore de prendre toute sa place dans la société, par exemple en acceptant d’être candidate pour des responsabilités politiques ou syndicales…

J’en profite pour inviter à vous intéresser à l’initiative Fœmina que je porte actuellement: il s’agit d’une association d’entrepreneuses lyonnaises qui veulent oeuvrer pour améliorer la place et valoriser les initiatives des femmes. Notre assemblée constitutive a lieu le 19 mars, n’hésitez pas à liker notre page Facebook pour en savoir plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *