Enquête: les entrepreneuses et le confinement, épisode 1

Vous avez été près de 60 à accepter de répondre à mon questionnaire sur la manière dont vous avez vécu et surmonté l’épisode de confinement ! Je vous remercie pour vos nombreux et riches témoignages: pour leur donner toute la place qu’ils méritent, je vous propose une restitution des résultats en 3 épisodes. Dans ce premier épisode, vos réponses à mes questions sur l’impact du confinement sur votre activité.

Voici quelques jours, je vous ai sollicitées pour répondre à une enquête destinée à savoir comment vous avez vécu et surmonté les difficultés liées à l’épidémie de Covid et au confinement.

Vous êtes près de 60 à avoir accepté de jouer le jeu et de me confier vos ressentis. Vous êtes nombreuses également à m’avoir remercié de vous avoir proposé ce questionnaire: mettre à plat, le temps de quelques questions, vos sensations et vos réactions, tant personnelles que professionnelles, vous a souvent permis d’y voir plus clair.

Vos témoignages, souvent longs et détaillés, sont un matériau extrêmement riche que je me réjouis d’avoir récolté et que j’ai envie de mettre en valeur. C’est pourquoi j’ai décidé de les restituer en 3 parties, pour leur donner la place qu’ils méritent. Dans ce premier épisode, on se concentre sur l’impact du confinement sur vos activités.

Confinement: CA nul ou en recul pour la majorité des entrepreneuses

Parmi les 57 entrepreneuses qui ont répondu au questionnaire, une grande majorité -82,5%- était en activité (parfois tout juste lancée) quand le confinement a été décidé.

Près de 60% d’entre vous ont dû concilier tant bien que mal la poursuite de leur activité ou de leur projet avec le soin des enfants (nourrissons qui n’allaient plus à la crèche, école à la maison pour les enfants d’âge scolaire, et même accueil des grands enfants venus se confiner chez leurs parents). Environ 30% avaient en outre à gérer une autre activité salariée, en physique ou à distance, ou encore une formation. Un certain nombre ont dû concilier avec un conjoint en télétravail ou en chômage partiel et visiblement cela n’était pas toujours une aide ^^.

En raison du confinement près d’un tiers (32,1%) des répondantes ont vu leur activité mise complètement à l’arrêt (CA nul) et un autre tiers (33,9%) ont arrêté partiellement leur activité (CA en baisse). 4 répondantes ont eu un CA stable et 5 l’ont en revanche vu augmenter.

Quelques unes ont modifié leur activité pendant le confinement (essentiellement des couturières qui se sont mises à coudre des masques), tandis que celles qui étaient en projet ont généralement dû mettre en pause ou fortement ralentir leurs démarches.

Fermetures, annulations ou reports, organisation quotidienne bouleversée, manque de contacts… mais aussi nouvelles activités : les entrepreneuses parlent de leur confinement

Pour l’immense majorité d’entre vous, le confinement s’est traduit par l’arrêt de votre activité en raison de la fermeture de lieux et de l’annulation d’événements ou de prestations:

  • “Les événements ont été reportés puis pour certains annulés. Le modèle économique de mon projet n’était plus viable.”
  • “Les ateliers sont devenus petit à petit ma principale source de revenus. Aussi j’ai dû annuler tous les ateliers programmés et stopper net cette activité … gros coup dur !”
  • “Mon activité étant liée de près à l’événementiel, tout s’est arrêté au début du confinement, avec aucune perspective de relance pour le moment.”
  • “Annulation des salons, fermeture des boutiques, et maintenant gros problème au niveau des fournisseurs.”
  • “Dans un 1er temps mes ateliers et autres activités prévus en mars et en avril ont été suspendus. Pendant un mois et demi, tout était en stand by, je ne savais pas si les événements que je devais organiser (dont un petit festival et un mariage en juillet) seraient maintenus ou non, ni si mes partenaires (cafés associatifs pour lesquels j’anime des ateliers par exemple) rouvrirai à la fin du confinement… Finalement, absolument tout à été annulé.”
  • “Nous distribuons des repas (en lunchbox) aux élèves du lycée français de La Haye, alors avec la fermeture de l’établissement, plus de travail possible sur place.”
  • “Secteur du mariage: cérémonies annulées jusqu’à début juillet au moins. Peu de visibilité sur les autorisations futures (nombre de personnes en rassemblement, ouverture des mairies, lieux de culte, distance de déplacement autorisée, …)”
  • “0 activité, cabinet fermé”
  • “Annulation des activités de formation en présentiel”
  • “Je réalise 80% de mon CA en donnant des cours de couture, cette partie là de mon activité s’est totalement arrêtée. La vente de patron de couture représente 20% de mon CA, cette partie là a légèrement progressé pendant le confinement.”
  • “Les projets en cours ont continué, mais pas de signatures de contrats pour les prochains mois. Donc pas de baisse de CA sur la période du confinement, mais ralentissement à prévoir sur les prochains mois”
  • “Plus aucune commande à part des masques”
  • “Je suis créatrice de bijoux. Très peu de vente en ligne (ce n était pas la priorité). Les magasins de revente étaient fermés. Pas de marchés de créateurs ,tous annulés.”
  • “Une entreprise cliente a également été contrainte de changer son organisation de façon radicale, et m’a annoncé qu’elle n’aurait plus besoin de mes services….”
  • “Par choix, j’ai décidé de ne pas communiquer sur le fait que l’atelier ne fermait pas pendant le confinement, je ne voulais pas faire partie des personnes qui continuaient à livrer du “non essentiel” car soyons honnête les bijoux ce n’est pas un bien de première nécessite, et je ne voulais contribuer à faire prendre des risques aux livreurs et autres employés de la chaine de livraison du coup j’ai eu quelques commandes de particuliers. Par contre mes boutiques revendeurs étant elles aussi fermées, activité à zéro de ce côté là.”
  • “Je tiens un salon de coiffure et j’ai été mise totalement à l’arrêt. Aucune rentrée d’argent depuis le 14 mars jusqu’au 12 mai.”
  • “En projet. Formation CCI repoussée et beaucoup d’interrogations: est ce toujours le bon moment ? Difficile de se projeter… Beaucoup de doutes sur mon projet…”
  • “Mon bureau de Poste a fermé pendant le confinement, j’ai donc été obligée de fermer ma e-boutique quelques jours seulement après son lancement. Je viens tout juste de le rouvrir car mon bureau de poste a rouvert (2h par jour seulement)”
  • ” Je suis prestataire de mariage, il y a eu des reports et annulations jusqu’en août .. Ce n’est pas facile.”
  • “J’ai dû fermer ma boutique-atelier et me confiner dans mon petit appartement qui ne se situe pas dans la même ville que ma boutique. La boutique étant fermée dès le 14 mars au soir, il n’y a eu aucune rentrée. Comme je n’ai pas de e-shop je n’ai pas pu vendre en ligne. J’ai recommencé à avoir des rentrées à partir du 11 mai (date de ré ouverture de la boutique).”

Outre cette première difficulté, beaucoup d’entre vous ont dû jongler avec leur projet ou activité et l’organisation au quotidien, en particulier avec les enfants. Le manque de relationnel a également rendu l’exercice de votre métier plus difficile !

  • “Plus de rencontres en présentiel. Plus de visage, de sourires comme avant. Un ralentissement. Je me suis tournée vers l’écriture et d’autres projets.”
  • “Difficile d’arriver à tout concilier sereinement. Le projet n’était plus “la” priorité avec un enfant de 2 ans à gérer. Cela a impliqué la suppression totale de tous les loisirs et autres activités pour pouvoir consacrer le temps résiduel disponible au projet et essayer de continuer à le faire avancer.”
  • “J’ai eu moins le temps de créer pour mon projet, j’ai cousu des masques et les enfants m’ont occupée le reste du temps.”
  • “Je n’ai pas pu (et ne peux toujours pas) étudier la concurrence sur les lieux choisis, mon conseiller CMA (en visio conférence) était complétement largué et du coup pas très utile. Du fait de la disparition de mes routines j’ai vraiment beaucoup de mal à me concentrer et à avancer concrètement la partie administrative du projet (c’est d’ailleurs toujours le cas)”.
  • “Grande difficulté à avancer seule sur mon projet (sans interaction directe et/ou rencontre pro). Impossibilité de faire du réseau en présentiel (qui était nécessaire et faisait partie des prochaines étapes). Le manque de mouvement et de dynamique a plus ou moins figé mon énergie et mon investissement dans la création de mon activité (même si l’envie et la foi en lui sont toujours là).”
  • “J’ai un travail d’atelier ou j’ai besoin de place, de salir, faire sécher sans devoir tout ranger à chaque action…. J’ai dû gérer ce temps à la maison qui est un petit appartement…. Plus du temps pour l’école à la maison et intendance !”
  • “Empiètement de la “logistique domestique” sur mon temps de travail, rendez-vous annulés/reportés, partenaires ou clients en rupture d’activité (entreprises fermées car cas de covid ou en réorganisation).”
  • “J’ai une activité de e-commerce. Entre la poste qui a mis du temps à retrouver un rythme (certains colis ont mis 6 semaines à arriver), les clients qui avaient peur de la propagation par les livreurs, les réassorts de marchandises impossible, cela a été très compliqué au quotidien, sans parler du stress perso”.
  • “Mes filles ont 3 et 6 ans et demandent beaucoup d’attention. Impossible pour moi de créer en journée. Au début j’ai créé un peu en soirée et j’ai perdu la motivation avec la fatigue, les journées me paraissaient vraiment interminables… aujourd’hui j’ai repris mon activité salariée mi temps mais l’école n’ayant pas repris pour la petite et réduite pour la grande, mon activité de micro entrepreneuse est toujours quasi nulle…”
  • “Baisse du CA dû à la baisse du temps de travail pour garde d’enfant + école à la maison”.

Malgré tout, pour certaines d’entre vous, le confinement a aussi eu un impact positif sur leur activités, en amenant une nouvelle demande:

  • “Les projets décidés avant le confinement ont été maintenus. J’ai aussi eu des demandes directement liées à la crise sanitaire (réalisation de plaquettes sur les gestes barrières en entreprise)”.
  • “Habituellement dans la confection de sacs en tissus recyclés, j’ai répondu à la demande d’une entreprise pour la confection de masques et j’ai étendu cette offre aux particuliers”.
  • “Au début du confinement, 0 CA, aucune vente. Depuis avril, 100% du CA se fait grâce à la création et vente de masques lavables jugés indispensables par la population, contrairement aux autres créations.”
  • “Curieusement je n’ai jamais eu autant de commandes sur cette période où ce sont les marchés artisanaux qui boostent mes ventes. Là, je n’aurais pas le temps de créer pour…”
  • “Un vrai retour à l’essentiel qui pousse à être positif chaque jour.”
  • “Fermeture de ma boutique physique mais mon eshop a fonctionné comme l’année précédente et j’ai surtout mis en place tout un système de création et vente de pièces uniques et ventes flash sur instagram qui a très bien fonctionné.”
  • “J’ai senti que mon CA risquait de diminuer par rapport à la normale alors je me suis motivée pour lancer un eshop.”
  • “Toutes mes activités événementielles ont été stoppées nettes ainsi que mes ateliers créatifs ! J’ai rebondi et je me suis mise à créer et vendre des masques en tissu ! Mon CA a fait un bon ! à ce jour j’en suis à plus de 1500 masques vendus ;-)”

Des aides pour 40% des répondantes

Parmi les répondantes, 23 ont touché des aides ou attendent de les recevoir: il s’agit principalement de l’aide du Fonds de solidarité pour les entrepreneurs, mais aussi des reports et annulations de cotisations accordées par l’Urssaf. Certaines ont bénéficié de report ou allègement de loyer, d’un arrêt maladie pour garde d’enfants, du chômage partiel ou encore d’une prise en charge de formation.

Cependant 60% des répondantes n’ont pas eu d’aide, soit qu’elles soient encore en projet, qu’elles aient une activité salariée à côté ou encore que leur activité soit trop récente.

Voilà pour ce premier épisode sur l’impact du confinement sur les entrepreneuses. Dans le prochain épisode, vous témoignez de la manière dont vous vous êtes adaptées à cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *